“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les lanceurs du tout premier nanosatellite reçus par le prince Albert II

Mis à jour le 12/09/2020 à 19:44 Publié le 12/09/2020 à 19:43
Parmi les invités reçus par le prince Albert II, on retrouve Francesco Bongiovanni, fondateur d’Orbital Solutions Monaco, Manfredi Lefebvre d’Ovidio, président et financeur du projet, ainsi  que les ingénieurs qui ont conçu le nanosatellite.

Parmi les invités reçus par le prince Albert II, on retrouve Francesco Bongiovanni, fondateur d’Orbital Solutions Monaco, Manfredi Lefebvre d’Ovidio, président et financeur du projet, ainsi que les ingénieurs qui ont conçu le nanosatellite. Photo G. Luci/Palais Princier

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les lanceurs du tout premier nanosatellite reçus par le prince Albert II

Cette première spatiale pour Monaco valait bien une réception au Palais. Mercredi 9 septembre, le prince Albert II a accueilli les dirigeants et employés d’Orbital Solutions Monaco, jeune start-up locale qui, cette dernière année, a développé dans ces locaux de Fontvieille un nanosatellite destiné à récolter des données atmosphériques.

Environ 15kg à la balance et une taille pas plus grande qu’une boîte à chaussure.

"Un formidable atout pour la Principauté"

Des mois de report plus tard, dus à la pandémie de la Covid-19 et aux aléas météorologiques, et voilà désormais qu’OSM-1 Cicero gravite autour de la planète bleue, à 530 kilomètres d’altitude (lire nos éditions du 26 août et 4 septembre).

Là-haut, avec une vitesse calibrée à 28.000 km/h, l’engin met seulement 90 minutes pour faire le tour de la Terre.

Au micro de Monaco-Info, le souverain a salué ce projet, financé notamment par le milliardaire italien Manfredi Lefebvre d’Ovidio: "Cela correspond à une double intention: celle d’encourager les innovations technologiques en faveur de l’environnement et d’une utilisation plus rationnelle des satellites qui sont au-dessus de nos têtes dans l’espace.Cela positionne, aussi, la Principauté dans ces technologies [dites] du new space. C‘est un formidable atout pour la Principauté", a-t-il réagi.

En effet, la miniaturisation des hautes technologies offre la possibilité à des petits États, comme Monaco, et à des sociétés privées de devenir des acteurs à part entière dans le domaine spatial, autrefois réservé uniquement aux grandes nations.

Avec ce premier succès, OSM compte bien développer d’autres nanosatellites au cœur de Fontvieille, dont un avec le concours des lycéens du pays.

Le tout premier, lui, glane déjà des données atmosphériques – pression, température, humidité –, lesquelles seront revendues dans la foulée.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.