“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Le numérique est similaire à l’invention de l’électricité", selon le responsable de la transition numérique de Monaco

Mis à jour le 08/12/2018 à 11:52 Publié le 10/12/2018 à 11:15
Frédéric Genta (à droite) lors de sa visite d'un Data Center de référence au Luxembourg, ce jeudi.

Frédéric Genta (à droite) lors de sa visite d'un Data Center de référence au Luxembourg, ce jeudi. Photo Thibaut Parat

"Le numérique est similaire à l’invention de l’électricité", selon le responsable de la transition numérique de Monaco

En charge de la transition numérique en Principauté, Frédéric Genta nous a dévoilés, en marge d’un déplacement au Luxembourg, ce que pourrait bientôt être le quotidien des citoyens

À 36 ans, le curriculum vitae de Frédéric Genta est long comme le bras. Diplômé de l’ESCP Europe et d’un MBA de la Harvard Business School, il est un ancien des plus grosses entreprises de la planète. Amazon, Google, Orange…


Depuis mars, il est désormais délégué interministériel en charge de la transition numérique. En déplacement auLuxembourg ces derniers jours [lire notre édition du 7 décembre], il a répondu à nos interrogations sur ce vaste chantier à Monaco.


On entend beaucoup la notion de transition numérique, concrètement de quoi s’agit-il?
Il s’agit de la plus grande révolution des vingt dernières années et des cinquante prochaines années. C’est l’équivalent de l’invention de l’électricité qui a complètement modifié le monde. On parle de quelque chose qui va toucher tous les systèmes, toutes les personnes. Le numérique va déterminer les gagnants et les perdants du futur parmi les États, les entreprises et les individus.


À quel changement doit-on s’attendre à Monaco?
À Monaco, on travaille sur plusieurs niveaux. Les infrastructures techniques, d’abord. Celles-ci doivent être assez solides pour accueillir la transition numérique. Il y a les réseaux et puis le cloud souverain qu’on va dupliquer au Luxembourg. Il y a aussi la plateforme humaine, c’est-à-dire la formation de la population et des fonctionnaires. En janvier, on ouvrira un e-lab pour former tous les fonctionnaires et agents.
On a posé les bases pour y arriver. Ensuite, sur ces plateformes, on a deux types de services à mettre. Ceux liés à l’administration, d’abord. Il ne s’agit pas juste de digitaliser les processus existants. C’est : comment doit-on se mettre du point de vue de l’usager? Toute l’administration est tournée vers le service à l’usager, qu’il soit Monégasque, résident ou pendulaire, et doit tout faire pour lui faciliter la vie. En bref, donner ses données une seule fois, avoir accès à ses documents officiels une seule fois. Tout ce que nous a montré le Luxembourg concernant la e-administration.

"Ma mission, c'est vraiment la transformation de l'économie monégasque"


Et au-delà de l’administration?
Il y a aussi les services clés qui ne dépendent pas de l’administration : l’éducation. Comment on forme les élèves aux compétences des 20 ans à venir? Comment on change la pédagogie par le numérique? Il y a la santé, aussi. Comment rendre le parcours patient, le diagnostic et le traitement meilleur grâce au numérique, des prises de rendez-vous à l’intelligence artificielle? Il y a la mobilité, l’environnement. Le champ des possibles est énorme. Enfin, il y a la dernière partie de la pyramide: l’économie. Aujourd’hui, l’économie numérique en Principauté représente 4,5 % du PIB et 3 % des emplois. Les questions c’est: comment attirer d’autres entreprises? Comment rajeunir le tissu économique? Ma mission, c’est vraiment la transformation de l’économie monégasque.


Quelle est la feuille de route?
On communiquera un document au premier trimestre 2019 expliquant ce qu’on a fait dans l’année. La feuille de route de la Principauté sur le numérique est assez simple finalement. Tout d’abord, donner au territoire une meilleure qualité de vie grâce au numérique. Une vie pour les usagers sans frictions, avec plus de services, plus d’informations. Deuxièmement, permettre à Monaco d’être encore plus grand et d’avoir plus d’impact sans contraintes d’espaces. Le numérique n’est pas dépendant de l’espace. Les start-up ont beaucoup moins d’espace et de main-d’œuvre.

"on a beaucoup à apprendre"


Depuis votre nomination en mars 2018, avez-vous observé des freins ou des réticences? Vous l’avez dit, Monaco part de loin et a beaucoup à apprendre.
J’ai observé une vraie bienveillance, un vrai engagement de la part du prince Albert II, qui a choisi de créer ce poste, et du Ministre d’État, Serge Telle. On est aujourd’hui quand même 110 personnes en poste sur le numérique. J’ai senti beaucoup de bonne volonté. Après, il y a une question qui s’est posée. Par où prend-on le problème? Comment change-t-on de culture? Les gens pensent beaucoup à la technologie mais le numérique est souvent un outil qui permet de changer la culture, l’économie, la qualité de vie. L’important est de franchir un palier.


En quoi le Luxembourg, où vous vous êtes rendu, est une référence? Et que peut-il vous apporter?
Le Luxembourg est l’un des pays que l’on considère comme le plus proche de nous. Ils partagent avec nous un système politique proche: le grand-duc et le souverain, un gouvernement. Ils ont fait des choix audacieux en termes de culture, de numérique et de législation. Ils ont mis des principes très forts: on ne donne ses données qu’une seule fois, on n’a pas le droit de reproduire la base de données. C’est toujours le digital en premier et le papier arrive après en complément. C’est une culture intéressante. Ils ont cette vision d’être le data center de l’Europe que nous, de facto, ne pouvons être vu notre manque de place. Avec ce système de e-ambassade, nous avons la souveraineté sur nos données basées au Luxembourg avec les garanties du Premier ministre qui dit que c’est comme une ambassade. Il s’est engagé auprès de nous à ce que ce soit respecté. On a beaucoup à apprendre. C’est un pays multiculturel où ils ont dû apprendre à s’adapter à des cultures différentes.

"créer une seule identité numérique pour chaque citoyen"


Ce pays devrait bientôt héberger des données sensibles de la Principauté. Jusqu’à présent, comment sont-elles protégées?
Elles sont basées à Monaco mais sont très éparpillées. Ce sont des données qui sont à la mairie, à l’administration. Certaines parties de l’administration ont leur propre site informatique: la Sûreté publique, l’Éducation.
La vision finale, c’est clairement d’agréger ces données en un seul endroit qui est plus facile à sécuriser que cinquante. Avec le bon niveau de normes, que ces données soient toutes au même format pour ensuite en déduire le guichet unique.

RELIRE PHOTOS - Le Luxembourg va-t-il bientôt abriter les données numériques sensibles de Monaco?


Pouvez-vous nous expliquer le concept d’identité numérique?
Aujourd’hui, le citoyen a une multitude d’identités numériques. Un numéro au CHPG, un autre à la CCSS ou à la SPME, un numéro de carte d’identité etc. Le problème, c’est que ces numéros ne communiquent pas et du coup c’est très difficile de construire des services dessus. Parce que les systèmes ne sont pas interdépendants et tout est "siloisé". Une des façons de briser les silos, c’est d’avoir une expérience centrée sur l’usager. Ce dernier se moque royalement de savoir que c’est un département plutôt que l’autre. Ce que lui (ou elle) veut, c’est un service de qualité. Notre tambouille administrative n’est pas son sujet. L’idée est de créer une seule identité numérique pour chaque citoyen.


N’est-ce pas plus dangereux, d’un point de vue cyberattaques, d’avoir tous ses documents dans un guichet unique?
C’est mieux au contraire! 90 % du hacking se fait par l’intérieur, en interne. Toutes les histoires récentes en attestent. Le vrai premier sujet à traiter, avant de penser à la Corée du Nord, c’est que les gens soient formés aux bonnes procédures de mise en sécurisation. On a un vrai boulot culturel à faire. On travaille en équipe avec l’Agence Monégasque de Sécurité Numérique qui a mis aujourd’hui des normes encore plus fortes que la France. Quand on finira ce projet, les données seront encore plus sûres qu’aujourd’hui. Après, le risque zéro n’existe pas. Il peut y avoir un tremblement de terre demain.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.