“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Lancement de Vega réussi cette nuit: le premier nanosatellite monégasque est en orbite

Mis à jour le 03/09/2020 à 10:09 Publié le 03/09/2020 à 09:10
Le lancement de la fusée Vega s’est déroulé avec succès dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le lancement de la fusée Vega s’est déroulé avec succès dans la nuit de mercredi à jeudi. DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Lancement de Vega réussi cette nuit: le premier nanosatellite monégasque est en orbite

Dans la nuit de mercredi à jeudi, la fusée Vega a décollé de Kourou et a placé en orbite le petit satellite d’Orbital Solutions Monaco. On attend maintenant de savoir si le « bébé » va bien.

Enfin ! Après trois reports, pour cause de Covid en mars, puis de météo en Guyane en juin, et enfin de météo en Corée du Sud cette semaine, le lancement de la fusée Vega, depuis la base de Kourou en Guyane, a été effectué dans la nuit de mercredi à jeudi, avec succès. À son bord, 53 satellites de petite taille, dont celui d’Orbital Solutions Monaco.

Ce jeudi matin, son patron, Francesco Bongiovanni, est soulagé. « La fusée a été lancée à 3 h 51, heure de Monaco, avec succès. Le satellite s’est séparé du lanceur avec succès. Il est en orbite. Ce sont déjà deux excellentes nouvelles. »

Encore quelques heures de suspense

Tout n’est pas complètement gagné pour autant. Francesco Bongiovanni attend maintenant avec impatience de savoir si son « bébé » va bien, si toutes ses constantes sont au vert. « Le suspense est encore très important, explique le scientifique. L’espace est un domaine extrêmement dangereux. Il y a des risques à chaque seconde. Nous devons attendre encore quelques heures pour savoir si le baby est en forme. »

En clair, une orbite dure 90 minutes, le nanosatellite voyageant à une vitesse d’environ 28 000 km/h. À chaque passage au-dessus de la station au sol, de gros radars envoient des signaux au satellite monégasque et récupèrent des données en réponse. Tout l’enjeu est de savoir si le petit bijou de technologie est en bonne santé. « J’attends de savoir si tous les systèmes sont OK, si le voyage n’a pas trop secoué le satellite. Il faudra plusieurs orbites pour rassembler toutes ces données. »

Le suspense est encore important. Mais l’étape la plus importante est déjà franchie. Le premier nanosatellite monégasque serait en orbite à environ 530 kilomètres de Fontvieille, là où il a été conçu.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.