“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Grâce au sismomètre français, vous pouvez entendre le premier séisme détecté sur la planète Mars

Mis à jour le 24/04/2019 à 14:16 Publié le 24/04/2019 à 08:47
Philippe Lognonné, devant des photos du sismomètre SEIS.

Philippe Lognonné, devant des photos du sismomètre SEIS. AFP

Grâce au sismomètre français, vous pouvez entendre le premier séisme détecté sur la planète Mars

C'est le sismomètre français SEIS, qui a enregistré ce signal sismique le 6 avril dernier. Il faut maintenant confirmer que son origine se trouve bien à l'intérieur de la planète rouge et que ce ne soit pas un phénomène lié au vent ou à d'autres sources de bruit parasite.

SEIS (Seismic Experiment for Interior Structure), est posé dans la plaine équatoriale d'Elysium, sur Mars, depuis le 19 décembre dernier. 

Ce sismomètre français pense avoir détecté le premier tremblement de la planète Mars. Le Centre national d'études spatiales l'a annoncé dans ces termes mardi: "un signal sismique faible mais distinct".

Un tremblement enregistré le 6 avril dernier et qui a déclenché l'enthousiasme de Philippe Lognonné, créateur de cet instrument de mesure et chercheur à l'Institut du globe à Paris. "C'est formidable d'avoir enfin le signe qu'il existe encore une activité sismique sur Mars. Nous avons attendu notre premier séisme martien pendant des mois."

Une première et une prouesse technique qui pourtant ne peut pas encore fournir des données utiles sur l'intérieur de la planète rouge car le tremblement a été trop faible. Il faut aussi maintenant s'assurer qu'il vient bien de l'intérieur de la planète et que ce ne soit pas l'effet du vent ou d'autres sources de bruit parasite qui aient été détectées.

Trois autres signaux, mais bien plus faibles que celui du 6 avril, ont été détectés au cours des deux derniers mois.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct