“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Ces étudiants varois ont inventé la crème solaire en borne libre-service

Mis à jour le 29/05/2020 à 17:23 Publié le 30/05/2020 à 16:30
Maxime et Jean-Louis, les fondateurs de SunnyCare

Maxime et Jean-Louis, les fondateurs de SunnyCare Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Ces étudiants varois ont inventé la crème solaire en borne libre-service

Deux anciens étudiants de l’école d’ingénieur SeaTech à La Valette ont imaginé une borne distribuant gratuitement de la crème solaire. Une (bonne) idée sociale et environnementale.

Il n’y a pas de problèmes, que des solutions... Un état d’esprit qui colle bien à la personnalité de Maxime Dupont. Avec sa peau de rouquin, le soleil a depuis toujours été son ennemi et la crème son bouclier pour s’en protéger.

"Je n’y ai jamais pris de plaisir. À chaque fois, c’est galère, il faut avoir son tube avec soi, c’est pas donné comme produit... Les contraintes amènent souvent les gens à s’en passer.Et on sait à quel point ça peut être dangereux pour la santé."

Une idée made in Toulon

En 2017, il participe au Startup week-end à Toulon. L’idée de l’événement : rassembler des compétences pour aboutir à un projet de création d’entreprise en l’espace de 54 heures. Le thème de cette édition : la mer. Un véritable challenge pour cet étudiant.

Avec son pote Jean-Louis Bévan, lui aussi à l’école d’ingénieur SeaTech à La Valette, ils imaginent une borne de distribution automatique de crème solaire. L’idée plaît. Mais les deux garçons retournent à leurs études. Ils ressortent le projet du carton à la fin de l’école. Ils y croient et se donnent un an pour le développer.

SunnyCare naît légalement en février 2019. Ils installent leur petite entreprise sur Paris. Mais, c’est aux quatre coins de la France que leur super machine va se promener. La borne qu’ils ont mise au point, on la voit de loin. 

Elle change de couleur selon la dangerosité des rayons U.V., à l’image des drapeaux verts, oranges ou rouges sur les plages. Lorsque l’on se tient devant elle, elle va analyser notre visage pour que la crème soit adaptée à notre carnation.

"Soit l’appareil va scanner, soit, si vous préférez, vous répondez à un mini-questionnaire avec des icônes", indique le jeune homme de 25 ans. On précise aussi quelles parties du corps on va tartiner, histoire d’avoir la dose adéquate. La crème vient ensuite directement dans votre main à intervalles réguliers.

La borne utilisée l'an dernier au Nice Jazz Festival
La borne utilisée l'an dernier au Nice Jazz Festival Photo DR

"Nous pouvons stocker à l’intérieur de ces bornes jusqu’à dix litres de produit avec deux indices de protection différents : 30 ou 50."

Cette crème, elle est fabriquée spécialement pour SunnyCare. "Nous nous sommes rapprochés d’un laboratoire en Île-de-France. Nous avons donné un cahier des charges très précis, notamment une espèce de liste noire des ingrédients que nous ne voulions absolument pas", sourit Maxime, chez qui la fibre écolo est importante.

La crème SunnyCare est certifiée Ecocert. Elle est garantie sans nanoparticules par exemple.

"Elle est aussi minérale et issue de l’agriculture bio", ajoute-t-il. Quant à l’aspect social du projet, il est symbolisé par deux choses. D’abord par un large volet pédagogique. La borne diffuse en continue des messages de prévention quant à la nécessité de se protéger du soleil.

Rendez-vous cet été

Et puis surtout, la crème est distribuée gratuitement aux utilisateurs. Comment dès lors, SunnyCare fait-elle pour vivre? 

"Nous avons choisi de louer nos bornes à des collectivités qui peuvent les installer sur des plages par exemple. Ou encore à des événements. Dernière possibilité enfin, des marques sponsors qui peuvent habiller l’objet de leur logo... Seule restriction, nous n’acceptons évidemment pas de marques de crème !"

Depuis la création de l’entreprise, des bornes temporaires ont ainsi passé du temps dans des festivals (comme le Nice Jazz Festival par exemple), au bord des plages méditerranéennes et même à la montagne à Isola 2000... Divers rendez-vous sont déjà en train d’être finalisés pour cet été.

À Isola 2000.
À Isola 2000. Photo DR

Gel hydro à la borne

Maxime et Jean-Louis semblent s’adapter à toutes les situations. À peine le Covid-19 a-t-il débarqué dans nos vies, qu’ils avaient déjà pensé à une solution pour se rendre utile.

"Nous avions la technologie. Nous voulions donner un coup de main… Alors nous avons adapté nos machines."

Les bornes ont en effet été simplifiées et permettent désormais de distribuer du gel hydroalcoolique. La première a été installée il y a quelques semaines dans une école de la région parisienne. Les commandes pleuvent depuis les sièges de grandes entreprises, les gares de connexion de transports, la grande distribution…

Plus de 150 sont déjà en production. "Nous conservons le même système de fonctionnement à la location et le même esprit pédagogique avec toujours des messages de prévention qui passent sur l’écran", développe Maxime.

Rens. mysunnycare.com


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.