Rubriques




Se connecter à

Podcast


#26 - “Je suis encore dans la plaie ouverte” - Jean-Pierre Vassallo, maire de Tende C’était il y a 11 mois, dans un 2 pièces de Tende. Huit jours après le passage de la tempête, nous arrachions Jean-Pierre Vassallo, maire de ce village dévasté de la Roya, à son PC de crise le temps d’un long témoignage. Choqué, fatigué par les journées d’urgence qui s’empilaient, c’était un élu meurtri et inquiet pour l’avenir qui se confiait alors. Depuis, les mois ont passé, le ballet des hélicoptères qui ravitaillaient Tende a cessé. Dans sa mairie, polaire sur le dos et chaussures de montagne au pied, on retrouve un Jean-Pierre Vassallo affairé, en plein préparatif d’une visite officielle de préfets venus prendre acte de l’avancée de l’un des nombreux chantiers. Mais dans la tête de l’élu, rien n’est encore apaisé.
#5 - Marjan Kolev (3/4) "Quand on est un entraîneur étranger, il faut travailler un peu plus" Entraîneur de l'OGC Nice, Marjan Kolev est originaire de Macédoine. A 44 ans, il accumule de l'expérience sur le banc mais reconnaît qu'il doit en faire plus pour se faire une place. Notamment pour aller au-delà de la barrière de la langue... Il est installé sur le banc des filles de l'OGC Nice handball depuis plusieurs saisons et commence à connaître la maison. Son aventure sur un banc de touche, Marjan Kolev l'a commencé dans les divisions inférieures avec des équipes masculines. Même s'il est en France depuis un moment, il doit parfois s'accrocher pour composer avec la barrière de la langue ou la façon de s'exprimer. Même si son français est aujourd'hui totalement compréhensible. Comme de nombreux entraineurs, il apprend aussi à gérer l'ensemble "vie privée-vie professionnelle." Pas toujours évident de faire la part des choses...
#5 - Marjan Kolev (2/4) "L'expérience nous aide à trouver les mots justes" Ancien handballeur, Marjan Kolev a joué dans plusieurs pays au cours de sa carrière. Devenu entraîneur par la suite, le Macédonien dirige aujourd'hui les filles de l' OGC Nice handball. Dans cette seconde partie, le coach de 44 ans analyse sa technique de management et insiste sur l'importance d'échanger avec son groupe. Les années passées sur le banc lui permettent de faire de meilleurs choix. Même s'il aimerait parfois rentrer sur le terrain pour apporter des solutions.
#25 - “Il a fallu reconstruire, relancer, repartir de l’avant” - Sabine Soldati, agricultrice à Breil-sur-Roya Originaire de Monaco, Sabine Soldati s’est installée dans la Roya avec son mari en 2005. D’abord avec deux chèvres, puis trois, puis quatre, puis... cinquante. Avant la tempête, le couple avait aussi ouvert une ferme pédagogique, où familles et centre aérés venaient rencontrer des cochons vietnamiens, des poules de soie, des chevaux ou encore des oies.  10 mois après Alex, leur nouvelle ferme a ouvert, et les touristes commencent à revenir.
#5 - Marjan Kolev (1/4) Quand tu es entraîneur, tu dois penser à tout le monde" Ancien handballeur, Marjan Kolev a joué dans plusieurs pays au cours de sa carrière. Devenu entraîneur par la suite, le Macédonien dirige aujourd'hui les filles de l' OGC Nice handball. Un métier qu'il apprend à découvrir au fil des années avec toutes les difficultés que cela implique. Dans cette première partie, le technicien de 44 ans se livre sur son passé de joueur et les changements à mettre en œuvre une fois arrivé sur le banc de touche.
🎙"La divorcée": écoutez le quatrième épisode de "A cœur ouvert", notre podcast sur l'amour en Dracénie À cœur ouvert, c’est le podcast qui raconte la Dracénie sous le prisme de l’amour. Et peut-être un peu l’inverse aussi. Leila Davaud et Yoram Melloul, deux journalistes de Var matin basés à Draguignan, demandent à des Dracéniens de raconter leur quotidien en leur parlant d’amour. A chaque épisode, sa thématique. Le célibat, la rencontre, le quotidien et puis la fin.
🎙"Les inséparables": écoutez le troisième épisode de "A cœur ouvert", notre podcast sur l'amour en Dracénie À cœur ouvert, c’est le podcast qui raconte la Dracénie sous le prisme de l’amour. Et peut-être un peu l’inverse aussi. Leila Davaud et Yoram Melloul, deux journalistes de Var matin basés à Draguignan, demandent à des Dracéniens de raconter leur quotidien en leur parlant d’amour. A chaque épisode, sa thématique. Le célibat, la rencontre, le quotidien et puis la fin.
#24 - "Il faut revenir à l'humain" - Eric Gilli, Saint-Martin-Vésubie Eric Gili est conservateur bénévole au Musée du patrimoine du haut pays de Saint-Martin-Vésubie et représentant de l'Association MONTagne et Patrimoine (AMONT). Une grande partie du musée a été emportée par les flots enragés. C'est 98% de la collection globale qui a disparu. Ce professeur d'histoire-géographie au collège de la Vésubie nous raconte le choc lorsqu'il a découvert l'ampleur des dégâts mais aussi l'après.
🎙"Le libertin": découvrez le deuxième épisode de "A cœur ouvert", notre podcast sur l'amour en Dracénie À coeur ouvert, c’est le podcast qui raconte la Dracénie sous le prisme de l’amour. Et peut-être un peu l’inverse aussi. Leila Davaud et Yoram Melloul, deux journalistes de Var matin basés à Draguignan, demandent à des Dracéniens de raconter leur quotidien en leur parlant d’amour. A chaque épisode, sa thématique. Le célibat, la rencontre, le quotidien et puis la fin.
🎙Découvrez le premier épisode de "A cœur ouvert", notre podcast sur l'amour en Dracénie À coeur ouvert, c’est le podcast qui raconte la Dracénie sous le prisme de l’amour. Et peut-être un peu l’inverse aussi. Leila Davaud et Yoram Melloul, deux journalistes de Var matin basés à Draguignan, demandent à des Dracéniens de raconter leur quotidien en leur parlant d’amour. A chaque épisode, sa thématique. Le célibat, la rencontre, le quotidien et puis la fin.
#11 - Comment les réseaux sociaux influencent nos vies et nous amènent à la "tyrannie de l'apparence" Ils ont pris une place folle dans nos vies. Eux, ce sont les personnes très suivies sur les réseaux sociaux, les influenceurs. Alors ils nous recommandent le dernier resto à la mode, le bar où il faut absolument boire un verre, le dernier accessoire qu’il faut à tout prix avoir… Voilà pour le côté vie pratique.  Il y a aussi le côté apparence physique. Cure de régime, entraînement sportif intensif.... Mais souvent ça va plus loin. Certains jeunes vont parfois jusqu’à avoir recours à de la chirurgie esthétique pour ressembler à leur idole de derrière leur smartphone. 

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.