“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Une défaite mais la qualif' au bout du suspense

Mis à jour le 04/04/2018 à 05:10 Publié le 04/04/2018 à 05:10

Une défaite mais la qualif' au bout du suspense

Même en s'inclinant d'un point face à Banvit (Turquie), l'ASM Basket se qualifie en demi-finale de la Champions League. Retour sur une soirée aussi bouillante qu'indécise à Gaston-Médecin

Road to Final Four (1). » Sur le parquet de Gaston-Médecin, les ambitions européennes sont imprimées en lettres majuscules noires. Comme pour rappeler à tout moment au groupe de Mitrovic que les huit longueurs d'avance - glanées face à Banvit lors du quart aller en Turquie - ne sont pas une assurance tout risque. Qu'il faudra cravacher quarante minutes non-stop pour rafler le ticket pour la demi-finale de Champions League.

Vœu exaucé au terme d'un match aussi bouillant en ambiance qu'indécis dans son issue (74-75). Malgré la défaite, la qualification est acquise.

Il n'aura pas fallu attendre la première seconde de jeu pour comprendre la taille de l'enjeu. Dès la présentation des hommes du match, sur Roadgame de Kavinsky, le speaker excite une arène surchauffée. Ambiance décuplée avec les « clac-clac » qui résonnent sans discontinuer pendant les deux premières minutes de cette bataille pour l'histoire. Une salle, à quelques sièges jaunes près, comble et debout, aussi, pour l'arrivée du prince Albert II dans l'antre chauffé à blanc (2). Lequel vivra chaque seconde du jeu avec une passion non feinte. Du premier quart-temps de folie avec un Gérald Robinson en mode gâchette en passant par les trous d'air des 2e et 3e actes. Jusqu'à un dernier quart-temps d'anthologie. Durant les temps morts, seuls moments de réelle accalmie, les huit ravissantes Roca Girls font le show. Imitées par deux petites fillettes à la crinière blonde placées sous la loge princière.

Coup pour coup

Sur un passage en force sifflé contre Banvit en fin de troisième quart, Ali Traoré incite fortement la foule à se casser la voix dans la dernière ligne droite. Comme un écho au grand écran qui affiche explicitement « Make Some Noise ». Littéralement « Faites du bruit ». Paroles entendues jusqu'à l'ultime seconde de jeu. Il aura peut-être manqué aux Turcs un contingent de supporters, d'ordinaire si bouillants à la maison. De quoi enlever un brin de saveur au match.

Au coup de sifflet final, après s'être rendu coup pour coup jusqu'au bout, la communion avec le public fait chaud au cœur. Derrière le panier, en hauteur, un maillot géant affiche la mention suivante : « 2013-2014, champion de France - Nationale 1 ». Ce temps-là, loin de l'élite nationale et européenne, est révolu. 2017-2018, Monaco Champions d'Europe ?


La suite du direct