“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Un menu "master chef"!

Mis à jour le 17/04/2012 à 09:05 Publié le 17/04/2012 à 07:05
Benneteau est passé : oubliée la Coupe Davis, Isner, les frères Bryan...

Benneteau est passé : oubliée la Coupe Davis, Isner, les frères Bryan... Patrice Lapoirie

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Un menu "master chef"!

Avec l’entrée en lice des têtes de série aujourd’hui, dont Murray (3) et Tsonga (4), le programme monte d’un cran et, forcément, le niveau du tournoi s’en ressent

Avec l’entrée en lice des têtes de série aujourd’hui, dont Murray (3) et Tsonga (4), le programme monte d’un cran et, forcément, le niveau du tournoi s’en ressent

Bien sûr, le Masters 1000 de Monte-Carlo a commencé samedi. Pourtant, l'on ne peut s'empêcher de penser que c'est vraiment hier, lundi, que l'on est entré dans le vif du sujet, après les amuse-bouches.

Il n'est pas question ici de vouloir faire injures aux 28 joueurs qui ont pris part aux « qualifs », ni à ceux qui ont disputé quelques matches du premier tour dimanche (le Niçois Gilles Simon, 13e mondial tout de même, était de ceux-là).

Mais hier, l'ambiance était, comment dire, différente. Un ton plus haut. Le beau temps, lui, revenu. Même si quelques gouttes ont réapparu vers 15h30 sur le Central, pendant que Julien Benneteau se défaisait - difficilement - de l'Espagnol Marcel Granollers. Insuffisant cependant pour tirer l'immense bâche verte.

Benneteau : retour gagnant

Savez-vous vraiment comment on reconnaît le top départ de la semaine monégasque ? Au bruit des balles ? Oui, mais pas que. Au cri des joueurs ? Mais encore… Au son des couverts à l'heure du déjeuner, au croisement des fourchettes et des couteaux sur la terrasse au-dessus du court central. Voilà, là le tournoi est parti !

Les premiers VIP sont de sortie. Les femmes, elles, sont de plus en plus belles, et encore, l'on n'a rien vu à côté de ce qui nous attend en fin de semaine… Tout va aller crescendo jusqu'à dimanche. Le Français Paul-Henri Mathieu espère que son jeu va aller crescendo lui aussi. Revenu à la compétition en janvier après une grave blessure au genou, il a gagné hier son premier match dans un Masters 1000 depuis 20 mois (encadré ci-dessous).

Son compatriote Julien Benneteau, qui retrouvait la terre de ses désillusions neuf jours après son échec aux côtés de Llodra en double, en Coupe Davis, a conjuré le sort en sortant le « Grassois » d'un jour, Granollers, aperçu dans la cité des parfums samedi avec Nadal, en courts couverts.

Tsonga en piste

Les couverts ne sont jamais très loin ! On les entend bien, surtout. En son temps, Yannick Noah lui-même fustigeait tous ces gens qui ne regardaient pas un seul échange et qui se « goinfraient » sur la terrasse. Rien n'a vraiment changé.

Hier, on a pensé à lui lorsque Rafael Nadal s'est présenté en conférence de presse. Un journaliste allait-il oser poser une question au Master chef des lieux sur les déclarations de l'ancien vainqueur de Roland-Garros ?

Pas le sujet du jour, évidemment...

Le septuple tenant du titre fera son entrée en lice demain. Aujourd'hui, c'est Andy Murray, le numéro 4 mondial et tête de série 3, qui animera une journée chargée, avec aussi l'affiche Tsonga-Kohlschreiber.

Autre français à l'affiche, Michaël Llodra, programmé sur le Central à 10h30, où il tentera d'imiter Benneteau… Autre gaucher à suivre, l'Espagno Verdasco, 19e mondial (7e en 2009) : le finaliste de l'édition 2010 a souffert le martyr face au vétéran Rochus, mais il est passé ! Le menu est somptueux. Comme toujours, à Monte-Carlo.

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.