Rubriques




Se connecter à

Tout ce qu'il faut savoir avant le match Reims-Monaco

A Reims, en Champagne, pour le compte de la 13e journée de Ligue 1 à 15 heures ce dimanche Niko Kovac souhaite que son équipe de l'AS Monaco renoue avec l’insouciance qui l’accompagnait la saison dernière. Pour le Croate, ses "joueurs se posent trop de questions".

Christopher Roux Publié le 07/11/2021 à 09:15, mis à jour le 07/11/2021 à 09:13
Niko Kovac a donné le cap à suivre: "Jouer des ballons faciles, ne pas se compliquer la vie et essayer de gagner des duels". (Photos Jean-François Ottonello)

Avant de s’envoler pour Reims, Niko Kovac , le coach croate de l'AS Monaco a mis ses hommes face à leurs responsabilités. Il leur a donné la marche à suivre pour redevenir une équipe qui inspire la crainte. Ce qu’elle était la saison dernière et ce qu’elle n’est plus. 

Renverser le rapport de force

Européen, Monaco n’est plus "chasseur" mais "chassé" (Kovac) et n’a plus "autant d’espace que la saison passée (Gelson) ". Kovac pousse ses garçons à s’accommoder de ce statut. Et à se lâcher pour inverser un rapport de force qui ne leur est plus favorable. L’ASM tremble et son pressing n’asphyxie personne.

En Champagne, face à un énième bloc bas en Ligue 1, l’ASM devra se montrer patiente et hausser le curseur de l’intensité. Kovac l’avait dit jeudi après le nul contre Eindhoven en Ligue Europa (0-0), obtenu avec un jeu sans saveur. Et il l’a répété hier. " On a des jeunes joueurs. Ils doivent savoir que réaliser une belle saison ne signifie pas qu’on a atteint son meilleur niveau. Le rythme, jouer trois fois par semaine, il faut aussi savoir le gérer. Garder la motivation, c’est une démarche personnelle. Et il la faut pour performer tous les trois jours", a tancé le Croate, qui sait que ses ‘‘gamins’’ vivent "un processus naturel". Mais son rôle requiert de tirer la sonnette d’alarme pour accélérer l’apprentissage. "J’accepte les erreurs techniques et tactiques, pas le manque de passion et de détermination. C’est le strict minimum."

Le Croate mise sur un changement d’état d’esprit. Son équipe défend en zone sur les coups de pied arrêtés mais le problème "n’est pas tactique" et le marquage individuel n’est pas d’actualité.

 

Pour se relancer, Reims pourrait être l’adversaire idéal. Les Champenois sont diminués (Foket, Doucouré, Zeneli, Munetsi...). Jeunes, ils ont tendance à paniquer et à perdre le fil quand la pression se fait trop forte. Ils restent, surtout, sur une série épouvantable: deux victoires sur leurs vingt derniers matchs de L1.

Les compos probables

Pour affronter le 17e de Ligue 1, Monaco ne pourra pas compter sur Eliot Matazo et Cesc Fabregas. Le Belge soigne toujours sa cuisse droite. Il avait été touché à la veille du déplacement à Brest, dimanche dernier.

Egalement victime d’un souci musculaire et absent du groupe depuis la rencontre à Clermont fin septembre, l’Espagnol poursuit sa réathlétisation. Le forfait de Matazo devrait profiter à Youssouf Fofana, qui pourrait connaître sa première titularisation en championnat depuis mi-octobre et la défaite  àLyon. Le milieu de 22 ans a réalisé une bien meilleure prestation que Jean Lucas, jeudi soir face à Eindhoven.

Peu convaincant lors de son entrée à la pause face au PSV, Djibril Sidibé pourrait également débuter. Son vécu et l’intensité qu’il met dans ses matchs parle pour lui. Enfin, séduisant lorsqu’il est entré en jeu, Sofiane Diop est en balance avec Aleksandr Golovin à gauche de l’attaque à trois. Le Russe manque de rythme après une blessure à l’aine mais il a faim de jeu.

Radoslaw Majecki souffrant d’une contusion au pied, Vito Mannone revient dans le groupe.

le chiffre

0. L’ASM est la seule équipe de L1 avec Lille à ne pas avoir marqué en dehors de la surface cette saison. Ce chiffre démontre que les Monégasques varient peu leurs schémas offensifs. Frapper de loin serait pourtant intéressant pour faire sortir des blocs bas.

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.