Rubriques




Se connecter à

Tout ce qu'il faut savoir avant le match AS Monaco-Montpellier

Déjà tombée à Rennes, Lyon, Lille et Marseille, l’ASM se rend dans l’Hérault pour ferrer, enfin, un concurrent direct à l’Europe. Un succès et le MHSC serait mis à bonne distance. Coup d'envoi au stade Mousson, ce vendredi soir à 21 heures.

Christopher RouX Publié le 15/01/2021 à 05:00, mis à jour le 15/01/2021 à 10:44
Gelson et Sidibé aimeraient signer un match référence à l’extérieur. Photo DR

le match

Vivre au bord de la Grande Bleue ne fait pas tout. Pour ferrer de gros poissons, s’échapper vers le large est un plus. Ben Yedder et ses copains auraient intérêt à suivre les conseils des vieux loups de mer, ce soir à Montpellier.

Eux qui ont tant de mal à lever l’ancre loin du Louis-II cette saison. S’il y a bien eu quelques prises à Metz, Nice, Dijon et Lorient, elles n’ont pas apporté leur lot de frissons. Cette pêche heureuse a offert des points qui compteront à la fin du championnat, mais elle accuse un déficit de prestige.

C’est une friture de deuxième partie de tableau et il manque à l’ASM l’accroche d’un thon rouge dans ses filets. Un poisson cher et qui a du cachet. Bref, l’un de ses adversaires directs pour regoûter au faste d’une croisière en Europe.

Depuis le début de saison, les Monégasques ont vu Rennais, Lyonnais, Lillois et Marseillais danser autour de leurs lignes. Ils n’ont attrapé que trois points sur quinze possibles face aux équipes du Top 6.

 

C’était contre Paris (3-2) à la maison. Montpellier ne fait plus partie de cette caste, il en a été éjecté lors de la 17e journée, mais le MHSC reste un candidat déclaré aux tickets continentaux.

Ainsi, un succès ce vendredi soir à la Mosson aurait un crédit certain. Monaco empocherait enfin un résultat significatif à l’extérieur et repousserait le MHSC à huit longueurs. Il mettrait, aussi, la pression sur Paris et Lille en revenant provisoirement à trois points du podium. « C’est l’occasion de creuser encore l’écart. Pour l’instant, au classement, je regarde derrière plutôt que ce qui se passe devant », clame l’entraîneur monégasque Niko Kovac, qui n’a pas voulu sacraliser ce match et l’évoquer comme le "déclic" potentiel qui décoincerait ses joueurs.

Ben Yedder et la crise de confiance

Plutôt que de s’arrêter sur le bilan négatif loin du Louis-II, il a axé son discours sur les progrès de son équipe. "J’en vois sur les plans tactique et technique par rapport à ce qu’on produisait en début de saison. Des automatismes deviennent naturels et je suis certain qu’on sera compétitifs lors de ces matchs contre nos concurrents directs dans cette deuxième partie de saison. Je considère que la défaite à Lyon (4-1) était spéciale. Cette rencontre mise à part, nous étions toujours proches de notre adversaire"

Kovac veut surfer sur le "meilleur match de la saison" livré par ses ouailles contre Angers samedi dernier (3-0). Des récupérations hautes, une animation réussie avec Diop en électron libre pour un score lourd et une grande maîtrise.

 

La soirée aurait été parfaite si Ben Yedder avait fait trembler les filets. Le capitaine n’y parvient plus depuis cinq matchs et n’a plus marqué dans le jeu depuis fin septembre contre Strasbourg (3-2).

Depuis la 5e journée, il n’a inscrit que 4 penalties. Son cas devient aujourd’hui un sujet central des conférences de presse de Niko Kovac et de ses joueurs. Il serait de bon ton que l’international français referme ce chapitre. Celui de la crise de confiance que connaissent nombre d’attaquants.

Un petit but suffira. Comme trois points feront le bonheur de l’ASM. A condition, cette fois, de posséder les bons hameçons.

les compos probables

Lecomte dans la cage, Volland et Ben Yedder à l'attaque Infographie Nice-Matin.

la décla'

“Ce match n’est pas une finale, mais une rencontre importante. A nous de faire chuter Monaco pour revenir lui serrer les fesses. L’ASM est une belle équipe avec une grande qualité y compris sur le banc. Ça joue bien mais, comme toute équipe, elle reste vulnérable. Il nous faudra retrouver la grinta que nous avions précedemment. Contre Nantes, les joueurs ont mis leurs qualités au service du collectif pendant douze minutes. Ensuite, on a disparu de la circulation.”, Michel Der Zakarian, entraîneur de Montpellier

le chiffre

44. Soit le nombre de tirs cadrés par Andy Delort et Gaëtan Laborde depuis le début de saison sur 55 tentés. Les attaquants montpelliérains forment la doublette la plus efficiente de Ligue 1 dans ce secteur.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.