“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Thierry Henry : 5 sur 20

Mis à jour le 24/01/2019 à 05:10 Publié le 24/01/2019 à 05:09
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Thierry Henry : 5 sur 20

La défaite contre Metz en Coupe de France était le 20e match de Thierry Henry sur le banc. Trois mois après son arrivée, Monaco n’a gagné que 5 rencontres

Perdre en Coupe de France quand on est un club huppé scotché à une place de relégable en championnat ne devrait rien avoir de dérangeant. Sauf que la sortie de route en huitièmes contre Metz est très inquiétante dans le fond, comme dans la forme.

Avec une équipe qui ne comptait pas moins de cinq champions de France 2017 sur la pelouse, Monaco s’est montré fébrile, et toujours aussi naïf. Le retour de Subasic dans la cage ou l’entrée de Fabregas annoncé comme le Messie, n’ont rien changé. L’ASM en a pris trois.

Sèchement.

Et les déclarations des Messins après le match faisaient froid dans le dos. « Ce n’est pas un exploit, on n’a rien à envier je pense à ce Monaco-là », lâchait le buteur lorrain Marvin Gakpa. « Je suis vraiment malheureux de voir cette équipe comme ça », avouait de son côté le portier grenat Paul Delecroix.

En 20 matches toutes compétitions confondues, Thierry Henry n’a remporté que 5 victoires (avec celle obtenue aux tirs au but face à Rennes en Coupe de la Ligue).

C’est bien trop peu.

Parce que le temps passe.

Et que le temps presse.

Monaco est dans une telle situation d’urgence qu’il faut se demander si Thierry Henry est toujours l’homme de la situation.

« Mon avenir ? Les gens qui ont à décider, décideront... Mais je m’inquiète plus pour l’avenir du club, a répondu Henry après la défaite. Je tiens toujours le même discours depuis que je suis arrivé, pas la peine de me reposer la question, mon discours en change pas. L’Atletico Madrid est descendu avec des joueurs plus performants que ça, Saragosse aussi, je ne vais pas tous vous les citer. Contre Dijon, samedi, c’est la guerre. Il faut faire un coup là-bas. »

Mardi soir, le coach monégasque arrivé le 14 octobre sur le Rocher, n’a pas bougé de son banc. Assis durant toute la rencontre, il a laissé tour à tour ses adjoints passer les consignes.

Il y a d’abord eu, Joao Tralhao, puis Patrick Ampadu, et enfin Franck Passi. Sur quelques arrêts de jeu, Henry est venu près de la ligne de touche pour murmurer à l’oreille de Sylla.

« J’ai de la peine à les voir galérer, concédait l’ex monégasque Emmanuel Petit. Mais à partir du moment où vous ne respectez plus les fondamentaux dans le foot, vous êtes vite sanctionné. La politique du club avec Jardim a porté ses fruits, mais il y a eu un changement radical cet été. Je pense que les dirigeants n’ont pas fini de s’en mordre les doigts. Après, c’est peut-être bénéfique pour le futur à tous les points de vue : projet sportif et trading de joueurs ».

Une défaite à Dijon samedi serait terrible. « Je ne sais pas si les mecs réalisent ce qui est en train de se passer », déclarait Henry mardi soir.

Rien de bien rassurant.

L’ancien gardien international de l’ASM Jean-Luc Ettori, champion de France 78,82 et 88, est inquiet pour l’avenir du club : « Henry est arrivé sans connaître la L1. Il y a une différence entre connaître les joueurs, et connaître le championnat. On se souvient que les débuts de Deschamps étaient aussi compliqués, mais il était venu avec un adjoint d’expérience, Narciso Pezzotti, qui avait bossé avec Lippi en équipe nationale. Là, ses adjoints ont encore moins d’expérience que lui. A sa décharge, il ne faut pas oublier qu’il est arrivé dans une équipe en crise et dans un club compliqué à diriger dans ce contexte. Parce qu’à Monaco, un joueur de foot est un anonyme. Quand il est en difficulté c’est plus compliqué qu’ailleurs pour réagir. A mes yeux, le départ de Jardim a semblé précipité. Maintenant, il faut aller chasser les points. Attention, Henry a pas mal de circonstances atténuantes : blessés, anciens qui ne jouent pas le rôle de cadre etc. Fabregas ? Un mauvais signal pour moi, parce que Henry a dit que maintenant il allait pouvoir “jouer”... Sauf que ce n’est plus l’heure de jouer, il faut combattre. Mais la dernière chose à faire ce serait de virer Henry. Il ne faut plus changer, mais je ne suis pas sûr que les joueurs ont conscience de la situation. Moi, ça me fait mal de voir Monaco comme ça. »

Passi et Henry connaissent l’importance du déplacement à Dijon samedi (20h).
Passi et Henry connaissent l’importance du déplacement à Dijon samedi (20h). C.D.
C.D.
AFP

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.