“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Rybolovlev : J’aime notre club et je m’inquiète

Mis à jour le 17/01/2019 à 15:49 Publié le 17/01/2019 à 15:48
Le président de l’AS Monaco, Dmitri Rybolovlev, a profité de la cérémonie de vœux du club, lors de l’avant-match, pour passer un message fort aux supporters.

Rybolovlev : J’aime notre club et je m’inquiète

Le président de l’ASM est sorti de sa réserve, hier avant le derby, pour rappeler son engagement sur le long terme dans le club et promettre d’œuvrer personnellement au redressement de la situation

Depuis son report, le 7 décembre pour cause de « menace » des « gilets jaunes », il était écrit que ce derby entre l’AS Monaco et l’OGC Nice ne serait pas comme les autres sur, et en dehors, du terrain.

Sur le rectangle vert, les scores fleuve des dernières saisons, lorsque Monaco et Nice tutoyaient les sommets, ont laissé la place à un agréable match nul (1-1) entre bons amis, Thierry Henry et Patrick Vieira [lire pages 27 à 31].

En dehors du pré, l’avant-match a été marqué par deux événements inhabituels. D’abord, lassés par les obligations sécuritaires pour certains ; refroidis par la programmation de la rencontre en semaine pour d’autres, les supporters niçois n’ont pas paradé à scooters depuis Nice, comme à l’accoutumée. Se contentant de quelques chants, fumigènes et pétards, de la sortie de la gare (sous bonne escorte) au pied de leur tribune.

L’autre fait marquant est intervenu une heure avant le coup d’envoi avec la prise de parole du discret président de l’AS Monaco, Dmitri Rybolovlev, à l’occasion de la cérémonie de vœux de l’ASM. Une «initiative personnelle» d’après son entourage et un exercice auquel l’homme n’avait pas habitué ses convives. Un président qui avait des choses à dire, ou plutôt à rappeler.

« Des erreurs sportives ont...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct