Rubriques




Se connecter à

RCT: Sheridan et Walsh reçus à l’oenothèque des Vins de Bandol

Andrew Sheridan nous avait dit apprécier les vins de Bandol. On l’a donc emmené déguster et rencontrer les hommes qui font l’appellation. Un moment aromatique

Olivier Bouisson Publié le 31/01/2013 à 07:13, mis à jour le 31/01/2013 à 07:53
Titre - 19929024.jpg

Andrew Sheridan nous avait dit apprécier les vins de Bandol. On l’a donc emmené déguster et rencontrer les hommes qui font l’appellation. Un moment aromatique

D'habitude, les droitiers du championnat de France ne gardent pas un bon souvenir de leur rencontre avec le solide pilier gauche du RCT. Hier, une fois n'est pas coutume, Andrew Sheridan a dégusté. Copieux. Une sélection de quelques fleurons de l'appellation Bandol.

Diplômé d'un « Wine and Spirit Education Trust » (1), cet homme aussi discret que délicieux a répondu avec enthousiasme à l'invitation de Var-matin, flanqué de son compatriote, l'épicurien préparateur physique du RCT, Steve Walsh.

 

« L'appellation est sous-estimée »

Pour faire honneur à l'international anglais aux quarante sélections, le président des Vins de Bandol, Jean-Sébastien Thiollier, avait déroulé un tapis de rouges, mâtiné de blancs et de rosés. Une dégustation trois couleurs commentée par Julien Castel, responsable de la commission promotion à l'anglais impeccable, et quelques vignerons (2) qui font la renommée ce petit vignoble (1 600 hectares) qui a tout d'un grand.

Passionné par les cépages et les assemblages, Andrew Sheridan ne s'est pas privé de questionner abondamment ses hôtes qui lui ont bien rendu. Pour Étienne Portalis, directeur commercial du Château Pradeaux et talonneur au Beausset, ainsi qu'Olivier Colombano, le responsable technique du bandol qui se dit volontiers « arbitre de l'appellation », porte-drapeau de la tribune Delangre à ses heures perdues, la rencontre avec un monument du rugby mondial a été savoureuse. « Ce qui frappe, c'est son humilité », apprécient-ils, d'abord impressionnés puis charmés par le joueur toulonnais.

« Les vignerons sont adorables et la dégustation a été très intéressante. Les bandol sont des vins typiques et complexes. Je pense que cette appellation est sous-estimée aussi bien en France qu'à l'étranger », dira le pilier au nez fin, une fois le verre rendu. La rencontre s'est prolongée autour d'une bonne table, les discussions sautant d'un rang de vignes à celui d'une touche.

 

« Le bandol a les pieds dans l'eau et la tête au soleil », dit un proverbe du coin. Avant de partir quelques jours mettre la tête sous l'eau en Angleterre, dans le Kent pour « Sheri » et près de Manchester pour « Walshy », nos deux hommes ont pris un bon bain de soleils et d'arômes. Et quand même, quelques bouteilles à déguster en mémoire de ce joli moment...

 

1. Un diplôme britannique qui offre aux impétrants un savoir général sur le monde du vin (commerce, techniques, connaissance des cépages et de la dégustation).

2. Étaient présents des vignerons ou représentants des Châteaux Pradeaux et Salettes ainsi que des Domaines Bunan, Castell-Reynoard, de l'Olivette et de Frégate.

Titre - 19929021.jpg
Le pilier Andrew Sheridan et le préparateur physique du RCT, Steve Walsh (à sa droite) , ont été reçus comme des rois d'Angleterre à l'œnothèque des Vins de Bandol. Au programme : dégustation trois couleurs et partage de passions communes. Dominique Leriche.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.