“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Rallye 2015: répétition générale pour les commissaires de course à Monaco

Mis à jour le 23/12/2014 à 08:24 Publié le 23/12/2014 à 08:20
Durant quatre heures, les équipages fictifs ont tourné sur des parcours pour permettre aux commissaires de tester le matériel et leurs réflexes. Ici au parc de regroupement de Fontvieille.

Durant quatre heures, les équipages fictifs ont tourné sur des parcours pour permettre aux commissaires de tester le matériel et leurs réflexes. Ici au parc de regroupement de Fontvieille. ACM

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Rallye 2015: répétition générale pour les commissaires de course à Monaco

Le Monte-Carlo se déroulera du 19 au 25 janvier mais pour l’automobile club de Monaco qui organise, la course se prépare depuis longtemps.La sécurité est un enjeu majeur et mérite la plus grande préparation

Le Monte-Carlo se déroulera du 19 au 25 janvier mais pour l’automobile club de Monaco qui organise, la course se prépare depuis longtemps.La sécurité est un enjeu majeur et mérite la plus grande préparation

La légende du Rallye mondial. Un mythe qui a vu depuis plus de 80 ans s'affronter les plus grands pilotes sur l'asphalte tortueux du sol français pour une arrivée triomphale en principauté.

Le « Monte Carl » 83e du nom, revient en 2015. La 1re manche du championnat du monde des rallyes (WRC) se courra du 19 au 25 janvier depuis les Hautes-Alpes en passant par l'Isère, les Alpes-de-Haute-Provence, les Alpes-Maritimes jusqu'à Monaco.

Un rendez-vous incontournable du sport auto qui demande des mois de préparation pour l'organisation gérée par l'automobile club de Monaco (ACM).

Sitôt le grand prix de F1 terminé, les membres du club planchent sur le rallye : le tracé particulièrement pour assurer à la fois le spectacle et l'enjeu sportif.

Provoquer l'urgence

À un mois du départ, c'est l'heure des derniers ajustements et de la répétition générale avant cette grand-messe.

Il y a quelques jours, les 300 commissaires de course qui assurent la sécurité du parcours, des pilotes et donc du public étaient réunis au chapiteau de Fontvieille pour un stage de mise en conditions réelles : le circuit routier d'information des commissaires (Cric). Une simulation d'épreuve pour tester à la fois le matériel technique et les bons réflexes des hommes en situation de course.

« Le but étant de s'approcher de la réalité en réalisant trois scénarios différents qui pourraient survenir, pour tester la réactivité des équipes et leur efficacité à gérer la situation. »,précise Michel Bernard, délégué de la commission de formation des commissaires à l'ACM.

« C'est aussi permettre à chacun de retrouver ses marques avant les grands rendez-vous de 2015 », insiste Bernard Richelmi, président du corps des commissaires du club.

L'épreuve factice se courait donc sur une boucle autour de la principauté. Le départ fictif était donné au Monte Carlo Beach club. Un premier test de matériel pour l'enregistrement des concurrents et le chronométrage.

Les 12 vrais faux équipages engagés avaient trois minutes pour se présenter sur la ligne.

« Nous avons créé un incident en faisant arriver un pilote en retard. Ce qui décale tous les départs d'une minute à chaque fois, qui fait monter du stress mais qui doit être géré pour que la course se déroule sans trop d'encombres », poursuit Michel Bernard.

Tout au long du parcours de 6 kilomètres mis en place pour l'occasion, des équipages sont répartis tous les 500 mètres pour encadrer la course. Les uns s'occupent des carrefours, les autres du chronométrage, certains du médical…

Les fiches d'attribution sont bien spécifiées, les consignes claires et chacun sait ce qu'il a à faire. « Les procédures sont connues. Nous avons là des commissaires qui ont tous quasiment 20 ans d'expérience au minimum. Mais il n'est pas de trop de s'entraîner et de parer à tout imprévu pour que le jour J, tout se passe bien », estime Patrick Bernini, co-délégué de la commission de formation.

Débriefing

Les équipages se sont tour à tour élancés dans une épreuve chronométrée parcourue à trois reprises, avec en parallèle la mise en place de trois parcs : regroupement, assistance et parc fermé, qui nécessite l'usage d'une logistique complexe.

Vérification en temps réel : le moindre incident génère une courte panique au sein des équipes, vite contenue pour reprendre le dessus et trouver une solution rapide. Le tout est observé et analysé par les délégués de formation.

Même principe avec un parcours un peu différent pour les épreuves du rallye historique qui se courra dans la foulée et qui engage des parcours de régularité.

Après plus de quatre passées à répéter ces cas de figure, les commissaires se sont retrouvés sous le chapiteau pour faire un premier bilan et analyser les points forts et points faibles. Cette répétition générale fera l'objet d'un débriefing plus poussé début janvier. Pour que le jour du départ avec les voitures WRC du championnat du monde, l'événement soit réglé au poil.

La clé d'un rallye réussi : un matériel en parfait état de marche, comme ici les cellules de chronométrage disposées à l'arrivée des spéciales.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.