Rubriques




Se connecter à

Quand Loeb et Ogier lâchent les chevaux... cabrés

Le tout premier pointage, celui du début des essais libres 1 du championnat de France GT, était fixé précisément à 9 h 05. Hier matin, au Castellet, comme une semaine plus tôt, à Pesells, l'ES 1 du Rallye de Catalogne, ils ont pris la piste à l'instant prévu.

Gil Léon Publié le 29/10/2011 à 07:04, mis à jour le 31/12/2011 à 22:13
Quand Loeb et Ogier lâchent les chevaux... ca - 14841444.jpg
Attention, sur la piste varoise du GT Tour, ce week-end, comme sur les routes et chemins des rallyes WRC, un Sébastien peut en cacher un autre... Seule différence, Loeb (ci-dessus, devant Olivier Panis) et Ogier (en médaillon) domptent ici une cavalerie Ferrari. (Photos Eric Estrade)

Le tout premier pointage, celui du début des essais libres 1 du championnat de France GT, était fixé précisément à 9 h 05. Hier matin, au Castellet, comme une semaine plus tôt, à Pesells, l'ES 1 du Rallye de Catalogne, ils ont pris la piste à l'instant prévu.

Ils ? Les deux Sébastien invités vedettes de la finale varoise du GT Tour, pardi ! Comme quoi, même sans copilote, MM. Loeb et Ogier sont aussi ponctuels qu'inséparables !

À l'occasion de cet extra sur le circuit Paul-Ricard situé à mi-chemin entre les deux dernières étapes du WRC 2011, les « meilleurs ennemis » de la planète rallye mettent donc entre parenthèses les chevrons Citroën pour lâcher les chevaux... cabrés. Les voici pilotes Ferrari. Chacun de son côté, bien sûr ! L'un partageant une F458 avec l'expérimenté gentleman driver lyonnais Bruno Hernandez tandis que l'autre, pistard néophyte - installé dans le box voisin ! -, apprend ses gammes sur une F430 en compagnie du rallyman Lionel Comole.

 

Déjà vu à trois reprises depuis 2008 en championnat de France Grand Tourisme, l'homme aux 7 couronnes et 67 victoires mondiales, venu avec femme, fille et copains, espère secrètement gravir son premier podium estampillé GT. « Ce matin, avec des vieux pneus, sur piste humide, la prise en main s'est avérée assez délicate », confie-t-il après son ultime run de rodage. « On a tout de même pas mal progressé lors de la seconde séance. Malgré quelques petits défauts d'équilibre, je trouve cette auto facile à exploiter. »

Huit spéciales en deux jours !

De quoi taquiner les cadors de la discipline, Beltoise, Panis, Ortelli et compagnie, lors des deux épreuves de vérité programmées ce week-end ? « On verra. Là, nous finissons la journée avec le 9e chrono, à 1''3 du temps de référence. Demain, ce sera une autre histoire. Franchement, il n'y a pas de raison que l'on soit largué. »

Également engagé en Porsche Carrera Cup, le roi Loeb a devant lui pas moins de huit spéciales à négocier en deux jours, qualifs et courses confondues. Même régime pour son cher voisin de pit lane, Sébastien Ogier, qui pointera le premier, ce matin, dès 8 h 30, pour chauffer la piste avec les jeunes loups du championnat de France F4.

Gil léon

 

gleon@nicematin.fr

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.