“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Quand l’ASM s’écroule...

Mis à jour le 06/11/2019 à 10:11 Publié le 06/11/2019 à 10:11
Ennis (13 pts) a surnagé face à son ancien club. Loin d’être suffisant.

Ennis (13 pts) a surnagé face à son ancien club. Loin d’être suffisant. EuroCup

Quand l’ASM s’écroule...

Monaco est dans le dur : lourdement battue en Andorre, la Roca Team devra rapidement réagir pour rester dans les clous du top 16. La manière inquiète, les organismes sont fatigués

Que se passe-t-il à Monaco ? En Andorre, hier soir, la Roca Team a non seulement concédé sa 3e défaite d’affilée, perdu le goal-average direct sur l’équipe d’Iban Navarro, mais de surcroît a totalement coulé au cours d’une seconde période cauchemardesque durant laquelle Andorre s’est permis un festival devant une équipe tétanisée... Une Roca Team méconnaissable, transpercée en défense, atone en attaque, à des années-lumière des promesses affichées en tout début de saison.

« Je viens de vivre sans doute la pire défaite de ma carrière, a réagi un coach, Sasa Obradovic, très marqué après la rencontre. Offensivement, défensivement, on n’y était pas du tout. On ne peut que féliciter Andorre qui a livré une incroyable démonstration et mérité sa victoire. La qualification pour le Top 16 ? Mes préoccupations vont au-delà de ça. Il est vrai que l’on vient de vivre un dernier mois très éprouvant au niveau des déplacements. Mais personne ne peut accepter un niveau de basket aussi bas ».

Le fil a craqué

Si Monaco n’a peut-être pas vu arriver la crise de confiance, cette fois, les dégâts sont bien visibles. La fluidité a disparu, tout est difficile, l’absence de leaders offensifs rend les choses compliquées, le passage à vide de Dee Bost (touché par un virus la semaine passée) impacte le rythme de l’équipe, et la petite forme de Paul Lacombe depuis son retour du Mondial freine l’apport d’une créativité qui ferait le plus grand bien. Hier soir, c’est JJ O’Brien, qui tenait un peu l’attaque monégasque à bout de bras ces derniers temps, qui est passée totalement au travers (0 point). Et à force pour l’ASM de tenir le choc au prix de gros efforts défensifs, le fil a fini par casser (seulement 2 interceptions hier contre une moyenne de 11 depuis le début de la compétition).

Et pourtant, la Roca Team est bien rentrée dans son match hier soir ! Une Roca Team gestionnaire, agressive, provoquant les fautes, ne forçant pas les shoots, servant les intérieurs (Buckner) récupérant les ballons… Malgré des lancers ratés (à l’image de Bost), la Roca Team finissait le QT1 en tête (25-19) avec un très propre 2/3 à 3-pts (Ennis et Bost).

Et puis, patatras. Clevin Hannah a commencé à sonner la charge pour Andorre, et toute son équipe l’a suivi, à l’image de Tyson Perez, Massenat, Diagne et de l’ancien nanterrien Jeremy Senglin, tout simplement déchaîné sur la fin. La Roca Team encaissait un 13-2, se reprenait pour finir à - 1 à la pause (37-38). Sur un T3 de Ouattara, la Roca Team passait même en tête en début de seconde mi-temps (40-38). La suite ? Un 57-28 infligé en 18 minutes par une équipe d’Andorre exceptionnelle de réussite face à des Monégasques totalement à bout de souffle. Ce 7e déplacement en 9 matches était décidément celui de trop. Il est temps que Monaco retrouve ses pénates et ses esprits pour le temps de la remise en question. Et pour relancer une machine qui vaut forcément mieux que ce qu’elle a montré dans les Pyrénées.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.