“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Premier grand plongeon pour le Monégasque Ian-Soren Cabioch aux Jeux européens de Bakou

Mis à jour le 23/06/2015 à 08:44 Publié le 23/06/2015 à 08:42
Le plongeur monégasque Ian-Soren Cabioch en action à Bakou, ce samedi, au tremplin de 3 mètres.

Premier grand plongeon pour le Monégasque Ian-Soren Cabioch aux Jeux européens de Bakou

Le benjamin de la délégation monégasque a été le premier à plonger dans le grand bain de la compétition en Azerbaïdjan

Le benjamin de la délégation monégasque a été le premier à plonger dans le grand bain de la compétition en Azerbaïdjan

Voilà un peu plus de deux ans que Ian-Soren Cabioch pratique le plongeon. Alors, forcément, participer aux premiers Jeux européens est synonyme de grand saut pour cet athlète monégasque.

Après s'être qualifié pour cette manifestation, il a découvert ce que représentait une telle compétition, avec un très haut niveau du plateau (6 200 athlètes venus du Vieux continent, représentant 43 nationalités). Et des infrastructures dignes des Jeux Olympiques.

Présent à Bakou au tout début des Jeux européens (pour la cérémonie d'ouverture et certaines épreuves), le prince Albert II a pu mesurer que le format de ces Jeux européens ressemble fortement à celui olympique. Stade de 68.000 places, sites flambant neufs, village des athlètes très fonctionnel au bord de la mer Caspienne.

Tenir physiquement et mentalement

Jeudi, Ian-Soren Cabioch a été le premier athlète "rouge et blanc" en lice. Un sacré baptême de feu, au tremplin de 1 mètre.

"C'était une ambiance extraordinaire par rapport à tout ce que j'avais déjà connu jusqu'ici", confie-t-il. A 16 ans, Ian-Soren est l'un des plus jeunes participants et le tirage au sort ne l'a pas favorisé, puisqu'il est passé en deuxième position.

Avec ni plus moins de dix sauts à effectuer, pendant près de quatre heures de compétition, il faut tenir physiquement et également mentalement. Pas le temps de gamberger… "J'ai fait des choses bien, d'autres moins bien. Je suis un peu déçu de ma prestation."

Au final, Ian-Soren se classe 27e. Bis repetita samedi, au tremplin de 3 mètres cette fois-ci. Avec là encore, toujours dix sauts à enchaîner (cinq imposés et cinq libres).

"J'étais moins stressé que pour l'épreuve du 1 mètre, j'ai réussi à faire le vide, à évacuer une certaine pression. J'étais content de mes premiers sauts. Mais quand j'ai commencé les sauts libres, ça a commencé à se détériorer… Mentalement, j'ai aussi accusé le coup." Une 31e place au final.

Ces Jeux européens resteront "une expérience incomparable". Après Bakou, Ian-Soren se rendra, fin juillet, à Kazan (Russie), pour prendre part aux championnats du monde de natation.

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct