“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Premier accroc pour l'AS Monaco

Mis à jour le 01/09/2012 à 08:29 Publié le 01/09/2012 à 07:38
Kagelmacher avait redonné espoir aux Monégasques en égalisant à la 74e minute, mais l'ASM ne parvenait pas à gérer le résultat...
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Premier accroc pour l'AS Monaco

Le Monaco de Claudio Ranieri a connu sa première défaite au Havre, ce vendredi soir (2-1). Ça devait bien arriver un jour et pourtant, cette contre-performance ne concorde pas avec la forte domination exercée par les Monégasques.

Le Monaco de Claudio Ranieri a connu sa première défaite au Havre, ce vendredi soir (2-1). Ça devait bien arriver un jour et pourtant, cette contre-performance ne concorde pas avec la forte domination exercée par les Monégasques. Avant de regagner le car, Mister Ranieri avait raison de souligner le côté « paradoxal »de cette défaite. Ses joueurs ont beaucoup tenté, ont même réussi quelques enchaînements de classe et ils n'ont jamais failli dans leur engagement. Mais ils ont payé au prix fort leur manque de réalisme, et surtout un quart d'heure de flottement au cœur de la première période.

L'affaire avait très bien débuté avec une occasion en or pour Touré, dont la reprise à bout portant fut sauvée in extremis par Placide. Mais un ballon anodin perdu par Ndinga au milieu, qui aboutit à la première occasion ciel et marine, appela des défaillances successives chez ses partenaires, comme si le disque s'était rayé. Bonnet en profita pour ouvrir le score d'une reprise du gauche au deuxième poteau. Un avantage qui donna tout le courage nécessaire aux hommes de Cédric Daury pour construire leur premier match référence de la saison.

Rapidement Monaco reprit le sens de sa domination, mais se heurta très souvent à Placide. Omniprésent, le portier havrais fut sans doute l'homme du match.

Et les rares fois où il ne fut pas impérial, il fut sauvé par sa bonne étoile. Comme sur cette frappe croisée de Germain, sur laquelle il se troua mais qui termina sa course juste à côté du poteau (42').

 


Plus d’infos sur iPad ou sur le Journal en ligne


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.