Pour lutter contre la noyade accidentelle, Monaco organise la première course au monde de water bike

Le 4 juin aura lieu le 1er « Riviera Water Bike Challenge ». Un événement caritatif et sportif organisé par la Fondation Princesse Charlène pour lutter contre les noyades accidentelles

Article réservé aux abonnés
Ludovic Mercier Publié le 16/05/2017 à 05:29, mis à jour le 16/05/2017 à 10:37
Paula Radcliffe a montré l’exemple à ces messieurs en enfourchant la première le water bike. Photo Jean-François Ottonello

Autant le dire tout de suite : le water bike dont il est question ici n'a rien à voir avec les installations qui fleurissent un peu partout dans les instituts de remise en forme à travers l'Hexagone. Non. C'est un drôle d'objet : un vélo monté sur deux flotteurs, et dont les pédales actionnent une hélice immergée.

Une sorte de pédalo sportif, où l'on est installé comme sur un vélo. "C'est une invention d'un Californien, qui voulait associer sa passion du vélo et son amour de la mer", explique Joshua Warren, membre du comité d'organisation.

La Fondation Princesse Charlène s'est saisie de cette surprenante invention, et avec l'amour du sport que l'on connaît en Principauté, a organisé la toute première compétition sportive de cette discipline, une sorte de course de relais maritime au départ de la plage Nikaïa water sport, à Nice, et qui s'achèvera 21 km plus loin, au Yacht-club de Monaco.

Des stars du sport, alliées à des amateurs

Une première mondiale, organisée dans un but caritatif, et qui réunira beaucoup de célébrités de l'univers sportif, comme le pilote de F1 David Coulthard, Mika Hakkinen, la coureuse Paula Radcliffe, le rugbyman Simon Shaw ou encore Pierre Frolla, quadruple recordman du monde d'apnée et ambassadeur de la Fondation Princesse Charlène de Monaco.

Au total, une dizaine d'entités ont monté des équipes, comme la police monégasque, la fondation philanthropique Stelios, la Monte-Carlo Polo team, le Wine palace, ou la fondation François-Xavier Mora. Au sein de chaque équipe, deux sportifs célèbres, et trois amateurs (la plupart du temps issus des sponsors) uniront leurs efforts. Un tirage au sort a permis hier d'attribuer les sportifs à chaque équipe. La Princesse Charlène compte bien participer à l'événement, et se glissera dans l'un de ces équipages.

Chaque groupe ne disposant que d'un seul hydro-vélo, il s'agira d'une course de relais. Chaque monture étant suivie par les autres membres de l'équipe dans un bateau, prêts à prendre le relais quand ils l'auront décidé.

Il leur revient de définir dans leur stratégie: s'ils préfèrent changer souvent, pour de courtes distances, ou se diviser la course en cinq étapes. C'est un peu freestyle, et c'est ce qui plaît à Simon Shaw: "Je voulais participer à quelque chose d'amusant, et là, ça a l'air vraiment amusant. Je ne suis jamais monté sur cet engin, et avec mes 127 kg, je ne suis même pas sûr qu'il ne va pas couler (rires). Je sais que ce sera plus difficile pour moi, à cause de mon gabarit. Que je termine la course ou pas n'a pas d'importance. Ce qui compte c'est de participer et d'attirer l'attention. Il y a tellement de gens qui se trouvent des excuses pour ne rien faire…"

Premiers essais

À l'issue du tirage au sort, les pros ont pu se jeter à l'eau sur leur nouvelle monture pour la toute première fois, manière de voir un peu dans quelle galère ils se sont lancés. Simon Shaw ou Pierre Frolla ont conservé leur tenue de ville, tout en élégance, et ont arpenté le port, face au Yacht-club. L'ex-rugbyman a ainsi pu constater que l'engin ne l'entraînera pas dans les abysses, à son grand soulagement.

Paula Radcliffe aussi a testé, dans une tenue un peu plus appropriée, et l'expérience a eu l'air de lui plaire: "C'est très sympa, j'ai trouvé ça très bien. Dans le port, on est bien abrité, mais je crois que ce sera beaucoup plus dur sur la vraie mer, avec les vagues. Ça va être très marrant. On va s'amuser beaucoup, mais il ne faut pas oublier que c'est une cause très importante et un très bon moyen de lever des fonds. Et c'est surtout l'occasion de mettre en lumière le fait que l'on perd beaucoup de personnes chaque année à cause de la noyade."

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.