Rubriques




Se connecter à

"Pour les jeunes, ce sont nos rockstars de l’époque": les supporters de l'AS Monaco renouent avec leurs joueurs

Plus de deux ans qu’ils attendaient de se rencontrer, joueurs et supporters. L’ASM avait convié les fans à un entraînement au stade Louis-II, jeudi, où près de 400 chanceux ont rencontré leurs idoles.

Yann Douyère Publié le 29/10/2021 à 18:00, mis à jour le 09/11/2021 à 15:05
photos
Le club travaillepour renouveler ces opérations. (Photos Cyril Dodergny)

J’ai envoyé des messages, des DM sur Instagram et même des mails à Caio Henrique pour avoir son maillot! », souffle Alexandre, entre deux respirations saccadées, au bord de la pelouse du Louis-II. Le jeune supporter semble répéter le rôle d’une âme possédée avant les festivités d’Halloween... À moins que cette euphorie ne témoigne du simple bonheur des fans de crier leur joie, trop longtemps mise en boîte, au plus près des joueurs de leur équipe de cœur.

Une communion d’autant plus forte que rendue impossible depuis plus de deux ans pour cause de crise sanitaire. Mais l’espace d’un gros quart d’heure, ce jeudi, dans l’enceinte de Fontvieille, une impression de déjà-vu du "monde d’avant" s’est matérialisée.

"Ils sont pros alors on prend des notes"

(Photos Cyril Dodergny).

Sous l’œil satisfait d’Oleg Petrov, vice-président du club princier, un peu en retrait de la foule, joueurs et supporters prennent le temps d’échanger, de signer drapeaux, magasines et même crampons. "C’est juste une chance de pouvoir les voir d’aussi près, de les toucher, de parler avec eux", confie Mathéo, venu en nombre avec ses camarades du club de Carnoules. Ils se prénomment Ilyana, Georgio, Ayoub et Gonzague, qui assure "être unique", et profitent après s’être époumonés durant l’entraînement avec les traditionnels "allez Monaco", "Ben Yedder on t’adore", "allume" et autres "mais non pas comme çaaaaa!"

Près de 400 voix à l’unisson, fanions agités qui ont attendu de pouvoir se ruer au bord du terrain pour "se créer des souvenirs, rappelle François, père du petit Léo, déjà collé aux barrières de sécurité. Pour les jeunes ce sont nos rockstars de l’époque."

Certains, comme Fadi, ont également profité de l’occasion pour observer attentivement: "Je regarde leurs placements, les appels pour créer des occasions, comment ils défendent. Ce sont des pros alors on prend des notes."

 

Et qui sait, parmi cette nouvelle génération se trouve, peut-être, une pépite qui revêtira un jour le maillot à la Diagonale non?

(Photos Cyril Dodergny).
(Photos Cyril Dodergny).

Ils ont dit

Alex Disasi, vice-capitaine de l’AS Monaco: "C’est toujours un immense plaisir de pouvoir échanger quelques instants avec tous ces enfants. Tout le monde, eux comme nous, voulons profiter de ces moments dont nous avons été privés pendant de longs mois. Et puis, ils nous donnent, à nous les joueurs, beaucoup de force à chaque match. Cette communion, c’est aussi pour les remercier."

Aurélien Tchouaméni, milieu de terrain de l’ASM: "Un bien fou de retrouver du monde pour une séance d’entraînement. On sent l’engouement, le soutien et ça nous donne envie de faire toujours mieux à chaque rencontre. De se battre pour eux."

Oleg Petrov, vice-président du club princier: "La nouvelle génération est différente. Elle consomme le football d’une autre façon et apporte une énergie incroyable qui se ressent notamment dans les stades les jours de match. Mais également une ambiance importante pour les joueurs. C’est pour cela que nous voulons, encore et encore, travailler avec la jeunesse, avec les écoles, les clubs, de Monaco mais aussi de toutes les communes limitrophes. Et leur offrir des moments inoubliables."

Des autographes ont été signés, des selfies immortalisés, des discussions échangées et, pour les plus chanceux, des maillots et ballons offerts. (Photos Cyril Dodergny).

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.