Rubriques




Se connecter à

Porto inflige une vraie correction aux Monégasques

Dominé dans tous les compartiments du jeu, Monaco s'est incliné sèchement 3-0 sur sa pelouse contre Porto et ne compte qu'un petit point en deux journées

Fabien Pigalle Publié le 27/09/2017 à 05:08, mis à jour le 27/09/2017 à 07:44
Casillas et Porto ont shooté dans les ambitions monégasques... Photo Jean-François Ottonello

Venir s'imposer au Louis-II en phase de groupes de Ligue des champions comme l'a fait Porto hier n'est pas donné à tout le monde (0-3). Dans cette configuration, Monaco ne s'était plus incliné depuis l'an 2000 (contre les Glasgow Rangers 0-1), signant 14 matches d'affilée sans défaite ! C'est dire la performance des hommes de Sergio Conceiçao. Il faut aussi remonter en 2015 et la venue du PSG pour trouver pareille fessée.

Avant le coup d'envoi, il y avait pourtant de quoi être confiant. Porto s'était incliné à domicile contre Besiktas lors de la première journée... mais a visiblement été rattrapé hier par le syndrome de la bête blessée. Déchaînée.

Très vite, et au fil des minutes, l'assurance des Monégasques a laissé place à la suffisance, les doutes… puis l'impuissance. Le pire, c'est que la défaite de l'ASM ne souffre d'aucune contestation possible.

Hier, les Portugais en voulaient plus que les joueurs de la Principauté. Et après le point ramené dans la douleur de Leipzig, cela ne présage rien de bon.

 

L'équipe étincelante à Lille n'a pas pu disparaître du jour au lendemain, mais en Ligue des champions, il faut toujours en faire un peu plus qu'en championnat. C'est comme ça.

Les joueurs de Jardim n'ont jamais eu les moyens d'inquiéter Casillas. Falcao a frappé sur la barre à vingt minutes de la fin du match et c'est tout. Avant ça, Aboubakar, l'ancien attaquant de Lorient avait signé un doublé et enterré les espoirs de l'ASM...

Au final, le coaching de Jardim, qui a changé les hommes sans bousculer son 4-4-2, n'a pas eu la réussite escomptée. L'entrée à la mi-temps de Carrillo, qui dans l'idée du coach portugais, devait mettre plus de pression sur la défense de Porto et servir de point d'appui, n'a pas fonctionné. Et pour cause, le problème venait davantage du cœur du jeu où Moutinho a ronronné pendant que Fabinho allait au charbon.

Une gauche pas caviar

En première période, les Monégasques ont par moments dominé leur sujet mais sans vraiment trouver la faille. Seul Falcao bien servi par Ghezzal en début de match, s'est engouffré dans une brèche au cœur de la défense portugaise très concernée.

Le côté gauche occupé par Lemar et Jorge, a eu un mal fou à exister.

 

L'athlétique Marega n'a cessé de prendre le dessus sur le Brésilien. D'autant que dans ce couloir, l'ex-latéral droit de l'OGC Nice Ricardo a été très solide. Rony Lopes a remplacé Thomas Lemar (62') alors que l'international français signait sont retour à la compétition après avoir été touché à la cuisse contre Nice.

Cela n'a rien changé.

Ni l'entrée de Baldé.

Les Portugais se permettaient même d'enfoncer le clou par Layun, comme si ça ne suffisait pas déjà (89', 0-3). Et dire que dans tout ça, Benaglio a fait un match exceptionnel ! De l'autre côté, Casillas n'a dû s'employer qu'à deux reprises. En tout début de match sur Falcao, et en milieu de première période sur une tête chandelle de Glik.

Avec un point en deux journées, les carottes ne sont pas cuites. Mais ça pourrait très vite sentir le brûlé.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.