Rubriques




Se connecter à

Oeil de coach: "Mon fils a dû souffrir face à mon exigence", les confidences de Stan Sutor

Le groupe Nice-Matin a lancé le 14 février dernier le podcast " Oeil de coach ". Pendant six mois, nous allons vous emmener à la rencontre des entraîneurs de sport professionnel.

Christopher Roux & Sophie Donsey Publié le 04/04/2021 à 10:00, mis à jour le 23/06/2021 à 16:56
Stan Sutor, entraîneur du Nice Hockey Elite. Photo Éric Ottino

Passionnés, ces mordus de travail passent des heures au contact des sportifs et des équipes qu'ils dirigent. Ils tentent de les guider sur le chemin du succès. Une fonction omniprésente et parfois complexe. Ça tombe bien: les spécialistes de la région vont prendre le temps de la présenter. En long, en large... et en travers!

Pour se plonger au cœur des vestiaires, il a fallu convaincre ces professionnels de s'ouvrir pour parler de leur raison d'être : la recherche de performance. Un échange rare et éclairant où la définition du métier et l'impact de cette mission sur leur vie familiale sont également évoqués. 

 

À chaque rendez-vous son acteur, à chaque mois son entraîneur...

Ce mois-ci, c'est Stan Sutor qui se prête au jeu. L'entraîneur du Nice Hockey Elite se livre comme rarement. Pour la quatrième et dernière partie de cet épisode, le coach franco-slovaque revient sur la difficulté de faire coïncider vie de famille et hockey. Il aborde, aussi, les critiques inhérentes au métier et la manière dont il gère le cas de son fils, joueur de l'équipe première qu'il a sous ses ordres.   

Pour écouter notre podcast, vous pouvez aussi passer par les plateformes Podcasts d'AppleSpotify ou Deezer.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.