Rubriques




Se connecter à

Pass sanitaire exigé à partir de 12 ans pour la course caritative No Finish Line à Monaco

Virtuelle l'an passé, la course solidaire retrouve son circuit à Fontvieille. Mais il sera aussi possible de cumuler les kilomètres hors du circuit, en utilisant l’application mobile de la course. Objectif : dépasser le record des 400.000 kilomètres qui rapporteront autant d'euros pour des projets caritatifs. Petit guide de la No Finish Line 2021 qui débute samedi.

Cédric Verany Publié le 10/11/2021 à 16:51, mis à jour le 10/11/2021 à 16:51
Virtuelle l’an passé, la course revient en présentiel à partir de samedi, à Fontvieille. Photo archives Monaco-Matin

Le modèle est hybride, pour répondre à une situation sanitaire qui n’est toujours pas stabilisée.

Cette année, la 22e édition de la No Finish Line, du 13 au 21 novembre, va cumuler les moyens pour tenter de dépasser le record des 400.000 kilomètres parcourus.

La philosophie demeure inchangée: faire que les participants parcourent le maximum de kilomètres dont le chiffre total sera transformé en euros pour soutenir des projets caritatifs.

Le principe pour cumuler ces kilomètres est double: soit en faisant comme d’habitude, en louant une puce à l’accueil de la course que l’on fixe à ses chaussures et qui enregistre chaque pas parcours sur le circuit. Soit en utilisant l’application No Finish Line qui enregistre, dès que son utilisateur l’ouvre, les pas qu’il marche ou courre. En sachant que les usagers de l’application peuvent aussi à loisir, courir sur le circuit à Fontvieille.

 

Un circuit retracé

Empêché l’an dernier par la pandémie, le tracé retrouve ses marques cette année tout autour du chapiteau. Un parcours de 1.140 mètres qui s’arrête à l’entrée de la digue et ne va pas plus jusqu’au bout, là où une runneuse avait été blessée en 2019, après avoir été emportée par une vague.

Le départ sera donné samedi 13 novembre à 14 heures. Et les organisateurs espèrent voir du monde sur la piste jusqu’au 21 novembre.

Déjà 5.600 personnes sont inscrites dont des coureurs en Angleterre, en Irlande, au Cap Vert et au Pays de Galles.

"Les gens ont apprécié la formule l’an dernier de cumuler des kilomètres en utilisant notre application, mais nous espérons qu’ils seront de retour en présentiel cette année au chapiteau, où nous avons installé nos stands habituels", explique Ariane Favalaro, la présidente de l’association Children & Future, à la tête de l’équipe d’une trentaine de bénévoles qui porte cette No Finish Line à bout de bras.

Pass sanitaire et pièce d’identité

Et l’équipe devra cette année encore conjuguer l’art de l’événementiel avec les règles sanitaires.

 

Les autorités ont imposé que l’accès au circuit se fasse avec la présentation d’un pass sanitaire valide pour toute personne à partir de 12 ans, avec une pièce d’identité.

Pareil pour les ravitaillements. Pas de fruits coupés, ni de nourriture à partager; ne seront disponibles que des portions préemballées. De quoi quand même donner des forces aux coureurs jour et nuit pour tenter d’atteindre l’objectif des 400.000 kilomètres à transformer en euros.

Pour les soutenir, le joueur de la Roca Team Yakuba Ouattara sera le parrain de cette édition. Un engagement solidaire qui va de pair avec les actions menées par Children & Future.

Avec le fruit de l’édition 2020, l’association a notamment pu réaliser son souhait de concrétiser une vingtaine de projets caritatifs. Dont deux liés aux vallées sinistrées: à savoir la construction d’une aire de jeux à Tende dans la Roya et la réfection d’un stade à Roquebilière dans la Vésubie.

Les inscriptions sont ouvertes sur le site www.childrenandfuture.com et ou sous le chapiteau à partir de 14 heures le 13 novembre. Tarif : 13 euros pour les adultes et 6 euros pour les moins de 10 ans. Ou par l’application Nofinishline, téléchargeable sur smartphone.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.