“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

On n’arrête plus Monaco Obradovic : Les choses à fond

Mis à jour le 24/03/2019 à 10:09 Publié le 24/03/2019 à 10:09
Yak Ouattara au dunk.

On n’arrête plus Monaco Obradovic : Les choses à fond

Sixième victoire d’affilée pour la Roca Team en championnat, qui a fait exploser Le Mans en seconde période. L’ASM d’Obradovic a produit forte impression

Une star de la F1, Charles Leclerc, aux premières loges, le Prince Albert, malgré un emploi du temps sino-monégasque très chargé, venu respirer l’ambiance, une salle pleine en mode play-offs... Avec le printemps, la Roca Team a retrouvé du magnétisme. Et avec ce que l’on voit sur le parquet, il faut sans doute se préparer à une fin de saison palpitante sur le Rocher. Certes, Le Mans n’a plus la carapace du champion 2018, mais la façon dont cette équipe du MSB, qui restait sur une grosse victoire face à l’ASVEL et une qualification en finale de la Coupe, a dû se résoudre à un constat d’impuissance en seconde période, illustre la machine de guerre qui est en train de prendre forme du côté de Gaston-Médecin. Coach Obradovic est arrivé, Dee Bost est revenu sur le Rocher, Gerald Robinson a quitté pour de bon l’infirmerie, Paul Lacombe retrouve aussi sa plénitude... Qu’on le veuille ou non, Sasa Obradovic, enfin qualifié (et totalement bouillant devant son banc !) a déjà déteint sur ses joueurs, dont certains sont méconnaissables, à l’image de Jarrod Jones, qui a cessé de jouer au ball-trap à 3-pts pour devenir un joueur intense, redoutable et complet des deux côtés du terrain... Ce Monaco, qui gère désormais chaque possession avec un soin particulier (27 passes décisives pour seulement 10 balles perdues), a sorti le grand jeu pour étouffer défensivement le MSB en 2e période et imprimer une nette domination dans la peinture. Buckner (9 points, 5 rebonds, 3 contres) apporte une drôle d’explosivité sous le cercle, alors qu’Elmedin Kikanovic, lui, ne change pas en toutes circonstances, une fiabilité qui force le respect dans la bataille des géants (17 points, 6 rebonds hier soir). En s’appuyant sur un Cameron Clark très en réussite à 3-pts (3/3), de même que Kenrick Ray (2-4) et profitant d’un coup de moins bien de l’ASM au milieu du 2e quart-temps, Le Mans y a cru pourtant en rejoignant la pause avec une courte tête d’avance (37-36). Mais lorsque le rouleau compresseur s’est mis en marche, Ouattara, Buckner et Jones sont partis au dunk et la Roca Team s’est envolée. Une 6e victoire d’affilée en Jeep Elite, de quoi faire oublier la défaite face à l’ASVEL en Coupe. Hier, Obradovic avait préféré Gladyr à Zeek Jones (quotas d’étrangers), et la polyvalence de Paul Lacombe à la mène a produit quelques étincelles (13 pts à 6/7, 8 passes décisives).

27

Gerald Robinson, Eric Buckner... Quand Monaco a sonné la charge, Le Mans n’a pas pu s’opposer. L’ASM revient fort dans la course au titre.
Gerald Robinson, Eric Buckner... Quand Monaco a sonné la charge, Le Mans n’a pas pu s’opposer. L’ASM revient fort dans la course au titre. Cyril Dodergny
Sasa Obradovic, enfin qualifié, a pu exprimer toute son énergie devant son banc de touche.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct