“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Ocampos : « Je n'ai pas hésité »

Mis à jour le 18/08/2012 à 10:34 Publié le 18/08/2012 à 07:15
Le jeune attaquant argentin « mitraillé » comme une star par les photographes.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Ocampos : « Je n'ai pas hésité »

Grosse effervescence hier midi au centre d'entraînement de l'AS Monaco à La Turbie. Plus d'une vingtaine de journalistes avaient fait le déplacement pour la présentation officielle du milieu offensif Lucas Ocampos.

Grosse effervescence hier midi au centre d'entraînement de l'AS Monaco à La Turbie. Plus d'une vingtaine de journalistes avaient fait le déplacement pour la présentation officielle du milieu offensif Lucas Ocampos (18 ans), acheté 11 millions d'euros (plus gros transfert de l'histoire de la L2) à River Plate et annoncé comme l'une des futures pépites du football mondial.

La « nouvelle star » s'est fait attendre. Un peu.

Après s'être entraîné à part lors de la séance matinale, c'est avec 35 minutes de retard sur l'heure prévue que, vêtu du maillot de l'ASM floqué du n°15, l'Argentin rejoignait la salle de presse en compagnie de son nouvel entraîneur, Claudio Ranieri, et du directeur sportif Tor-Kristian Karlsen.

Lors de la petite demi-heure passée avec les journalistes, les flashs n'ont jamais cessé de crépiter. Ocampos a été photographié sous toutes les coutures. Presque comme une figure de mode ! Chaque expression du visage, chaque geste du jeune joueur ont été immortalisés.

Pendant ce temps, il a tout de même réussi à répondre à quelques questions. En espagnol, sa langue maternelle.

Vous êtes là depuis lundi. Comment se passe votre acclimatation ?

J'ai très envie de m'entraîner, de rejoindre mes coéquipiers. Et de connaître la vie à Monaco.

Quand allez-vous débuter sous vos nouvelles couleurs ?

Je ne sais pas. On va voir ça avec le préparateur physique et l'entraîneur. Soit j'attends un peu, soit je joue tout de suite.

Claudio Ranieri prend la parole et précise : « Lucas a déjà fait la préparation avec River, il a déjà fait un match. Il est presque prêt. »

Vous sentiez-vous prêt à quitter River Plate dès cet été ?

Oui, je me sentais prêt. Je viens de faire une saison complète en Argentine et j'avais très envie de rejoindre l'Europe.

Votre transfert qui a coûté 11 millions d'euros ne vous met-il pas une pression supplémentaire ?

Je suis ici pour jouer. J'ai très envie de jouer. Je ne m'occupe pas des chiffres, ça c'est entre les managers et le club.

Pourquoi avoir choisi Monaco alors que vous étiez contacté par d'autres grands clubs ?

Monaco est l'un des plus grands clubs d'Europe. J'ai parlé avec David Trezeguet (qui joue à River Plate, ndlr). Il m'a dit que c'était un très bon club, que la ville était très jolie. Je n'ai pas hésité.

Jouer en deuxième division n'est-il pas une régression ?

J'ai déjà joué en deuxième division argentine avec River. Et faire remonter Monaco en Ligue 1 est un bon challenge.

Etes-vous venu avec des proches pour faciliter votre intégration ?

Pour l'instant, mon papa est là. Dans quelques jours, ma mère, mon frère et ma fiancée vont me rejoindre.

Votre poste de prédilection ?

En neuf et demi. Sinon plutôt sur le côté gauche.

Connaissez-vous déjà quelques mots en Français ?

(Rires). Bonsoir. Comment ça va ?

Antoine delgoulet


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.