“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Obradovic, carrément

Mis à jour le 26/02/2019 à 10:05 Publié le 26/02/2019 à 10:05
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Obradovic, carrément

L’ASM n’a pas fait les choses à moitié pour remplacer Filipovski. Avec Sasa Obradovic, c’est une figure du basket européen qui débarque sur le Rocher

Sasa Obradovic n’a pas promis un titre de champion de France en arrivant. « Je peux juste assurer d’une chose, on va se battre jusqu’au bout. Je vais mettre toute mon énergie dans cette opération », a-t-il indiqué. Mais l’ASM Basket, en enrôlant l’entraîneur serbe, a envoyé un message assez clair au sujet de ses ambitions : le milieu de tableau ne fait pas partie des options retenues. Le 9e du championnat (à une victoire seulement du 3e) découvre à sa tête un technicien dont le profil se situe tout en haut (voir au-delà) des standards de la Jeep Elite.

Les 3 dernières victoires en Jeep Elite n’ont donc pas suffi à Saso Filipovski pour sauver sa place. Les rumeurs d’un retour à l’ASVEL du pivot explosif Eric Buckner (bizarrement limité en temps de jeu avec l’entraîneur slovène) ont d’un coup disparu.

Arrivé discrètement sur le Rocher en milieu de semaine dernière, Sasa Obradovic, déjà au travail, dirigera son premier match lundi soir face à Cholet (20h45) si le volet administratif est bouclé à temps.

Elu « coach de l’année » la saison passée en EuroCup, compétition dont il a atteint la finale avec le Lokomotiv Kuban (Russie) après une série de 20 victoires consécutives (record absolu), le natif de Belgrade (50 ans) est un nom, une figure, un personnage... Un entraîneur charismatique, sanguin et passionné, à la fois chantre de la discipline et réputé proche de ses troupes. Obradovic, avant de se révéler comme coach en Allemagne (champion avec Cologne) et en Ukraine, fut aussi un joueur qui a compté dans la légende du basket yougoslave... Arrière longiligne (1,97m), il a fait partie intégrante (de 95 à 2001) de la fameuse séléction yougo, une pluie d’étoiles qui a régné sur le basket mondial (les Divac, Danilovic, Rebraca, Djordjevic, Bodiroga, Paspalj, Savic....). A la clé, pour Obradovic, 3 titres de champion d’Europe (95, 97, 2001), un sacre mondial (98) et une finale olympique en 96 face à la dream team de Shaquille O’Neal. Passé brièvement par Limoges, en 1993, Obradovic avait alors déjà le crâne lisse et le caractère bien trempé... Depuis sa séparation à l’amiable avec Kuban en novembre dernier, l’ancien coach de Berlin (de 2012 à 2016), où il a gagné trois fois la Coupe d’Allemagne, était convoité. Darussafaka (Turquie) et Buducnost (Montenegro), deux écuries d’Euroligue, seraient venues frapper à sa porte. Le Serbe a choisi Monaco, conforté sans doute par un projet de construction (son contrat porterait sur plusieurs années) et le fait d’arriver en terrain connu. Sergey Dyadechko, le président de l’ASM, fut en effet son président à Donetsk (2010-2012), le club ukrainien qu’il a mené au titre de champion en 2012. Sasa Obradovic a aussi travaillé avec le directeur exécutif Oleksiy Yefimov lors de son passage à Kiev (2008-09).

Il retrouve aussi dans le staff de l’ASM Milenko Bogicevic, arrivé l’été dernier sur le Rocher et qui fut son fidèle adjoint de 2010 à 2018.

Des mouvements ne sont pas à exclure dans l’effectif de l’ASM, même si le temps presse : la date limite des mutations est fixée au 28 février.

En parallèle, Monaco travaille toujours aux détails de l’accord qui doit permettre le départ de Saso Filipovski.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.