“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco y est presque

Mis à jour le 06/02/2020 à 11:29 Publié le 06/02/2020 à 11:29
J.J O’Brien dans ses œuvres : le natif de San Diego impérial à Istanbul.

J.J O’Brien dans ses œuvres : le natif de San Diego impérial à Istanbul. Manu Vitali/Dir Comm

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco y est presque

Victorieuse sur le parquet de Galatasaray (91-79), l’ASM est aux portes des quarts de finale

Forcément, il y a le regret du dernier shoot à 3-pts de l’arrière turc Korkmaz, à une seconde de la sirène, qui a privé la Roca Team d’une qualification garantie à 100 % pour les quarts de finale. La Roca Team a gagné de douze points à Istanbul alors qu’elle avait perdu de douze chez elle à l’aller le 8 janvier contre cette équipe de Galatasaray (73-85). Une égalité parfaite au goal-average direct qui retarde un peu la donne et obligera l’ASM à assurer la mise lors du dernier tour du Top 16 le 4 mars à la maison contre Kazan. Mais l’avantage au goal-average général sur le club turc est tellement large (+ 26 contre - 27) qu’il place l’ASM en position extrêmement favorable pour empocher ce premier ticket historique pour les quarts de finale de l’EuroCup (voir ci-contre). Face au club vainqueur de l’EuroCup en 2016, la Roca Team a été exacte au rendez-vous. Elle a pu compter, d’entrée, sur un grand Dee Bost (18 points), bien épaulé par Anthony Clemmons, et sur des arrières en capacité de museler les flèches du Galatasaray (26-21, 10e). Les Turcs sont pourtant revenus, égalisant sur un gros dunk d’Olmaz (31-31) puis prenant l’avantage sur un T3 de ce même Olmaz (33-34).

Ouattara explosif

La Roca Team a dû gérer la 3e faute de Buckner avant la pause. Kim Tillie pas utilisé par Sasa Obradovic (un choix, car l’ancien international n’était pas blessé), Will Yeguete et Landing Sané se sont relayés pour le combat au rebond. C’est au prix d’un effort défensif assez énorme que l’ASM a repris la mène au repos (45-37). Ciblant le combat dans la peinture, Galatasaray, privé de Whittington (blessé) a servi Zach Auguste, difficilement contrôlable, de même que Poythress (49-48, 25e). Un T3 de Yak Ouattara a alors fait le plus grand bien. En jouant ‘’small ball’’ (petite taille), l’ASM a pu compter sur la patte magistrale de J.J. O’Brien dans la peinture. Celui-ci donnait 7 points de mieux sur un ‘’step back’’ magnifique (66-59, 33e). O’Brien souverain, Yak Ouattara explosif et diabolique d’adresse, la Roca Team s’envolait malgré les répliques de Tai Webster et le mauvais soir de Norris Cole (4 pts à 1/10). 88-71 à une minute du terme, l’affaire paraissait dans le sac ; c’était sans compter sur un dernier rush de Webster, un lancer laissé au passage par O’Brien et donc cet ultime missile de Korkmaz... + 12 : c’est pas encore dans la poche, mais voilà l’ASM idéalement placée pour découvrir les quarts au printemps. F.P.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.