“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco : toujours la réponse !

Mis à jour le 30/10/2016 à 05:08 Publié le 30/10/2016 à 05:08
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco : toujours la réponse !

La Roca Team a dompté une belle équipe de Gravelines et reste un leader invaincu. Chapeau...

On s'en doutait déjà, mais la Roca Team est bien installée en haut de son Rocher, leader invaincu, avec vue imprenable sur la Pro A. Le BCM Gravelines n'a pas pu faire de l'ombre. Le bastion nordiste, qui monte en régime, a pourtant la peau dure et l'a montré : sans doute la plus belle équipe vue depuis le début à Gaston-Médecin. Kyle Gipson et Justin Cobbs (ex-Bayern Munich), les deux Américains, ont livré un drôle de chantier. Aaron Cel, l'ancien Monégasque, a gardé la patte chaude. Insuffisant. Si la Roca Team a toujours fait la course en tête, le BCM est resté en embuscade, sans pouvoir sauter à la gorge du leader. Ça n'a sans doute pas tenu à grand-chose : lorsque le BCM est revenu à -2 (70-68), à 3 minutes de la sirène, et que Myles Hesson a enclenché à trois points (un tir ouvert, le genre qui rentre à chaque fois), un brin de silence inquiet s'est emparé de Gaston-Médecin. Mais le cuir a fait gamelle, renvoyant Dee Bost en contre-attaque et le BCM à ses chères études. Richard Solomon a alors commis la faute antisportive sur Bos, qui a permis à la Roca Team de reprendre de l'oxygène. Brandon Davies, le meilleur Monégasque (15 pts à 7/10, 11 rebonds) s'est chargé de terminer le travail. « C'était un vrai bon match, même si on l'a perdu », a commenté Christian Monschau, l'entraîneur du BCM. « Monaco est une équipe qui ne perd pas confiance, qui conserve la même agressivité avec ses nombreuses rotations. On fait pratiquement égal au niveau des balles perdues, ce qui est bon signe. On a eu cinq minutes d'errance fatales dans le 2e quart-temps ».

Du côté de la Roca Team, après le 1/16 catastrophique à 3 pts en Coupe d'Europe, mercredi dernier, la mire n'est toujours pas vraiment réglée, (4/14 hier soir, dont 3 réussites pour le seul Sergii Gladyr). Mais Jamal Shuler, à la recherche de ses sensations, reste un joueur à part. La preuve : il a rentré son unique flèche primée à 4 minutes de la fin et à 67-66, quand le souffle de Gravelines se faisait de plus en plus chaud sur la nuque monégasque. Un shoot capital. Dans la foulée, Zack Wright a commis sa 5e faute, et Dee Bost, de mauvais poil avant la pause, s'est avéré lui aussi précieux dans le money-time. « On a encore trouvé les ressources pour faire la différence », a commenté Yakuba Ouattara, auteur d'un match plein (12 pts à 6/10, 5 rebonds). « L'enchaînement des matches commence à peser, et on n'a sans doute plus la même fraîcheur en défense. L'important, c'est de continuer à prendre de la confiance, comme ce fut le cas la saison passée. On est devenue l'équipe à battre, mais on tient ».

Neuvième victoire en 9 matches, toutes compétitions confondues, la Roca Team reste bien la star de ce début de saison.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.