“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco sourit

Mis à jour le 05/12/2018 à 05:06 Publié le 05/12/2018 à 05:06
Grâce à ses deux buts, Falcao a soulagé ses coéquipiers.

Monaco sourit

Comme à Caen, l'ASM a battu un adversaire direct au maintien en s'imposant grâce à deux penalties. Un bon rebond avant la venue de Nice vendredi

Quand on est en équilibre au-dessus du vide, on fait au mieux. Hier, Monaco ne s'est pas emmerdé avec la manière ni le style dans la Somme, avec cette victoire acquise grâce à un doublé de Falcao sur penalty sans avoir eu de réelle occasion. Cela suffit pour doubler son adversaire du soir et pointer à la 17e place (à égalité avec Dijon 18e qui joue ce soir) avant de recevoir Nice, vendredi.

« Un match particulier, j'en ai disputé certains », rappelle Thierry Henry. Pas de quoi en faire des tonnes, mais suffisant pour prendre un peu de confiance avant d'affronter son ancien coéquipier Patrick Vieira.

Sans oublier les deux gros morceaux derrière : Dortmund et Lyon. Pour mesurer l'impact de cette victoire, il suffisait de regarder l'ensemble de l'équipe célébrer ce succès au pied du parcage monégasque.

Un grand soulagement. Après la fin de match cruelle contre Montpellier, Monaco a tenu jusqu'au bout et a plutôt bien défendu. C'est la première fois depuis la 7e journée, que l'ASM délaisse la zone de relégation. De quoi ramener un peu de sourire sur les visages. En attendant, Thierry Henry fait déjà mieux que Leonardo Jardim avec cette deuxième victoire, même si la manière attendra.

Heureusement pour les suiveurs du Rocher, Amiens n'a jamais été en mesure de trouver les ficelles de Benaglio à l'exception d'une tentative de Krafth (66'). Ce n'était pas le meilleur match de Ligue 1 de la saison mais Henry est dans une autre optique, celle d'être efficace.

Hier, le néo-coach a passé son match debout dans sa zone technique. Grand amateur de NBA, l'ancien adjoint de l'équipe de Belgique utilise chaque temps mort pour parler, recadrer, conseiller le joueur le plus proche de lui. Une volonté de ne jamais baisser la garde, gestes à l'appui. Même avant le match, Henry n'a pas hésité a frapper fort dans son coaching en laissant Jemerson - en difficulté - sur le banc au profit d'une doublette Glik-Badiashile qui s'est montrée très performante. A 17 ans, le plus jeune de la fratrie Badiashile a éclaboussé la Licorne de son calme. En première période, il était l'un des rares à tenter de percer le bloc adverse par des relances au pied en dépit d'un pressing très haut d'Amiens.

Avec un jeu direct et agressif, les Picards voulaient faire reculer Monaco mais comme à Caen, les Asémistes sont tombés sur un adversaire relativement inefficace. La volonté de jouer était là, mais Amiens n'a jamais fait trembler Benaglio. « Mais ça revenait, ça revenait, ça revenait », martèle Henry. Cela dit, Monaco n'a pas été omniprésent dans la surface adverse. Mais l'assise technique de l'ASM était suffisante pour se montrer dangereux sur des demi-situations, les deux penalties obtenus en sont la preuve.

Il faut bien avoir des avantages, quand même, à posséder un effectif calibré pour jouer les premiers rôles. Certes, Monaco n'est pas taillé pour jouer mentalement le maintien mais techniquement, l'escouade de Thierry Henry est trois crans au-dessus de ses adversaires directs. Un garçon comme Massengo - décidément bluffant avec le ballon - a suffi à faire reculer Amiens de 20 mètres en fin de match.

Une victoire sans aucune occasion en 90 minutes, c'est une aubaine et on n'a pas besoin de beaucoup plus quand il faut sauver sa peau. Il faut également rendre hommage à Falcao.

On a suffisamment tiré sur le Colombien pour ne pas souligner l'importance de ses trois derniers buts. Quand on est au fond du classement, posséder un capitaine capable de marquer sur des demi-occasions, ça vous change le monde.

Le Tigre fait moins peur, mais son efficacité est en train de sortir l'ASM d'un sacré merdier.

L'an dernier, il avait permis aux siens de gratter un point dans les derniers instants du derby contre le voisin niçois.

Vendredi, tout est permis.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct