“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco se replace

Mis à jour le 14/02/2016 à 05:06 Publié le 14/02/2016 à 05:06
Adrian Uter a fait parler ses muscles.
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Monaco se replace

Non sans souffrir, l'ASM a réussi à écarter Nancy sur la fin, tout en puissance (81-73). De nouveau deuxième, la Roca Team avait besoin de ce bol d'air pour la confiance

Que ce fut compliqué. « Du point de la pression, notre match le plus compliqué à gérer depuis la 1ère victoire contre Pau-Orthez », a soufflé le coach de la Roca Team, Zvezdan Mitrovic. Après les deux échecs à Nanterre et Chalon, la Roca Team avait impérativement besoin de se relancer. Or, l'ASM, dans le dur au niveau de la manière, a dû puiser dans ses ressources pour remonter un déficit et obtenir cette victoire aux forceps, dans un dernier quart-temps à suspense où l'ASM a replacé le débat sur les bonnes vieilles recettes, grosse défense et combat dans la peinture. Pour Monaco, l'essentiel est fait.

Une fois de plus, l'ASM a pu compter sur une salle chaude et bien remplie pour contourner l'obstacle lorrain, un SLUC pas au mieux mais qui restait sur 3 victoires. « Le public a joué un rôle majeur en notre faveur, c'est certain », a lancé Mitrovic. 10 sur 10 (11 en comptant la coupe) : Monaco continue sa formidable série d'invincibilité à domicile. Pas de doute, Gaston-Médecin est devenu un petit chaudron à la mode.

Indémodable, Steed Tchicamboud, lui, l'est certainement. L'ex-international (34 ans), venu depuis 5 rencontres au chevet du SLUC, a failli jouer un mauvais tour à l'ASM (27 pts, 6 sur 7 à trois points). Nancy menait encore (63-62), à 7 minutes du terme, sur un T3 de Tchicamboud.

Cooper ne trouvant pas la mire de loin, Ouattara vite pénalisé par les fautes, Shuler, encore épatant, se retrouvait un peu seul dans le rôle du shooteur fiable (malgré deux T3 capitaux de Larry Drew dans le QT4). L'ASM a donc choisi de passer en force, dans la peinture. A ce jeu, Adrian Uter est capable de faire peur, et Amara Sy reste un joueur à part en 1 contre 1. Nancy, où Falker s'est montré transparent, n'a alors pas eu les armes.

L'équipe d'Alain Weisz a multiplié les pertes de balles (10 dans le 4e QT) face à la défense très agressive de l'ASM. Sans verser dans le concours de beauté, ce match s'est donc plutôt gagné à la force du poignet. Cooper, qui avait bien débuté (5 passes décisives dans le QT1), avant de sombrer offensivement, a griffé une interception dans le money-time et deux lancers-francs qui ont permis à lui et à son équipe de mieux respirer. A 69-68 pour l'ASM (37e), un T3 de Shuler dont il a le secret a aussi fait le plus grand bien. Tout comme les deux derniers « rebonds plus panier » de Uter et Sy. Monaco a donc su bomber le torse au bon moment pour rester maître sur son Rocher.

Au classement, l'ASM effectue la belle opération en remontant à la deuxième place ex-eaquo. Et sur le plan moral, cette victoire va faire le plus grand bien avant le 1/4 de finale de Leaders Cup vendredi contre Nanterre à Disneyland Paris (18 heures).

Pour l'ASM, il est temps de prendre aussi le goût des voyages.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.