“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco s'est rassuré

Mis à jour le 14/09/2017 à 05:30 Publié le 14/09/2017 à 05:30
Buteur en première période, le Belge Youri Tielemans a livré une belle bataille face au milieu slovène de Leipzig Kevin Kampl. 	(Phot o AFP)

Monaco s'est rassuré

Après la déroute contre Nice dans le derby, Monaco a ramené un bon point d'Allemagne pour son premier match de Ligue des champions face à Leipzig dans un match un peu terne (1-1)

«Il faudra probablement attendre plusieurs décennies pour revoir un tel match à Leipzig ». Les mots, prononcés par le gardien de but historique du Lokomotive René Müller le 26 octobre 1988 à la sortie d'un match nul contre le Napoli de Diego Maradona (1-1) en seizièmes de finale de la Coupe UEFA, ont pris un sens hier soir au moment du coup d'envoi de ce RB Leipzig - Monaco.

Il aura fallu 29 ans avant qu'un match de Coupe d'Europe ne revienne à Leipzig. C'était hier, face à l'ASM.

Monaco est donc rentré dans l'histoire, en ramenant un point de ce déplacement en Allemagne de l'Est au terme d'un match sans grande intensité, sans beaucoup d'occasions franches des deux côtés non plus (1-1, Tielemans ayant répondu dans la minute à Forsberg). Un résultat qui fait du bien au moral car l'ASM voulait surtout se rassurer.

C'était sans doute l'idée initiale de Leonardo Jardim. Avec un onze de départ que l'on peut qualifier de prudent, le Portugais à surtout voulu remettre les idées en place après la débâcle niçoise de samedi dernier (0-4). Un banc où se sont assis quatre joueurs offensifs (Baldé, Jovetic, Carrillo et Ghezzal) pour donner les clés de l'animation offensive du couloir droit à Djibril Sidibé. Moralité, dans un 4-2-3-1 (re)sorti pour l'occasion et suite au forfait de Thomas Lemar, Monaco voulait surtout mieux défendre à l'aide d'un pressing haut pour gêner la relance allemande. Au final, l'ASM a globalement bien contenu le RB Leipzig sans pour autant donner l'impression d'être demi-finaliste de la dernière campagne. Mais Monaco n'a pas perdu.

Même quand Forsberg ouvre le score, les champions de France n'ont pas paniqué, égalisant dans la foulée, ce qui n'est jamais vraiment dû au hasard et encore moins en Ligue des champions.

Benaglio évite le pire...

Mais dans un match sans beaucoup d'occasions franches et sans un Diego Benaglio (qui a remplacé Subasic blessé à la cuisse) inspiré en fin de rencontre face à Jean-Kevin Augustin (84'), le résultat aurait pu être différent. On va être franc, ce n'était pas une immense rencontre européenne. On a assisté à un match qui ne s'est pas joué sur un rythme infernal, où l'on s'est surtout observé, attendu, parfois craint sans jamais vraiment prendre de risques. Leipzig découvrait la C1 et Monaco ne voulait pas trébucher de nouveau. Un nul qui, au fond, arrange peut-être tout le monde. Quoi qu'il en soit, ce voyage à l'Est laissera de bons souvenirs.

Notamment pour les Allemands qui ne vivent pas le football comme tout le monde. Pendant que les Monégasques s'adonnaient à la traditionnelle balade en ville au cœur de la journée, deux titulaires du RB Leipzig (Forsberg et Werner) s'offraient, de leur côté, un déjeuner dans une auberge traditionnelle de la ville. Là, au milieu des quidams. Pas question d'être en mise au vert à quelques heures du premier match européen de leur histoire. L'escouade du taureau ailé a préféré préparer l'événement au milieu des siens. Libre comme l'air. On aurait aimé un peu plus de liberté sur le terrain mais l'enjeu du match a sans doute inhibé un peu tout le monde, y compris les Monégasques.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct