Rubriques




Se connecter à

Monaco s'est fait plaisir

Le leader est venu à bout d'une équipe du Mans retrouvée. Le spectacle était de la partie

François Paturle Publié le 26/02/2017 à 05:04, mis à jour le 26/02/2017 à 05:04
Amara Sy et les siens ont réalisé une nouvelle démonstration magistrale, hier soir, face à des Manceaux finalement submergés au bord de la Grande Bleue.
Amara Sy et les siens ont réalisé une nouvelle démonstration magistrale, hier soir, face à des Manceaux finalement submergés au bord de la Grande Bleue. Sébastien Botella

Le vrai Le Mans, sur le parquet, ça donne un Gelabale inspiré, un Yeguete tenace dans la peinture, un Watson capable d'aller chercher un « and one » à l'ombre de Brandon Davies, puis un tir du milieu de terrain au buzzer de la mi-temps…

Et c'est ainsi que le MSB a mené, à la pause (35-36). Cela n'a pas suffi, car Monaco, une nouvelle fois, n'a rien lâché. Les vainqueurs de la Leaders Cup ne voulaient pas manquer leurs retrouvailles avec leur public.

De fait, Monaco s'est battu, Monaco a accéléré et Monaco a encore gagné, en leader confortable. Une 18e victoire en 20 journées. Impressionnant.

 

On notera, aussi, que Monaco s'est fait plaisir. Le « run and gun » (je cours et je shoote en première intention), ce n'est pas forcément le style de la maison, mais on ne va pas s'en plaindre pour le spectacle. Avant de retrouver les mastodontes de l'AEK en Champions League, mardi soir à Athènes (en 1/8e de finale aller de la Champions League), pour un combat qui s'annonce étouffant, la Roca Team avait envie de lâcher les chevaux.

Gladyr assomme

Résultat : quand Watson a griffé deux réussites à 3 pts, donnant 5 longueurs de mieux au Mans (47-52, 26e), Monaco a sorti les gâchettes de loin. Une réponse cinglante et une prise de risque offensive tout à fait gagnante. Bost, Shuler et Caner-Medley, derrière la ligne des 6,25 m, ont aussitôt replacé la Roca Team en tête (56-54).

Pris sous les rafales, Le Mans a alors un peu perdu le fil. Jamal Shuler, longtemps privé de réussite, a été relancé par Mitrovic. Et comme Jamal ne doute jamais, Shuler a enfoncé Le Mans. Et que dire de Sergii Gladyr : le héros de la finale de Disney (17 points en 6 minutes), s'est montré d'une sobriété parfaite. Gladyr a défendu, pris des rebonds, avant d'enclencher son seul tir primé du match dans le dernier quart-temps. Résultat: ficelle ! Le panier de trop pour Le Mans, relégué trop loin (72-61) à 4 minutes de la cloche pour y croire encore, malgré un baroud d'honneur signé Mike Gelabale…

Dans ce combat débridé, Dee Bost a enfilé la tenue de l'artilleur en chef (5/8 à 3 pts). Brandon Davies (14 points) a accompli un gros chantier dans la peinture et l'on s'est régalé de plusieurs actions de classe. Notre hit parade ? Le « 360 » de Dee Bost avec la faute (et le panier) à la fin du QT1… Le dunk énorme d'Amara Sy (36 ans, ah bon ?) sur le bloc Pearson (32-29). Et la série (fameuse) des alley-oop : service de Shuler, dunk de Fofana passé derrière Yarou. Passe de Dee Bost, dunk de Jordan Aboudou.

Si le printemps pointe le bout de son nez, la foudre continue de tomber sur les cercles de Gaston-Médecin.

 

C'est show.

Place à l'Europe, désormais.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.