“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco s'est fait peur

Mis à jour le 07/01/2018 à 05:08 Publié le 07/01/2018 à 05:08
N'Doram à la lutte avec Alouache : bousculé au début, Monaco n'a plus rien lâché après la pause.  « On savait que ça allait être un match difficile, surtout sur un terrain aussi compliqué. On a vite marqué les 3eet 4e buts, on s'est rendu le match facile au retour des vestiaires », a expliqué Rony Lopes.

N'Doram à la lutte avec Alouache : bousculé au début, Monaco n'a plus rien lâché après la pause. « On savait que ça allait être un match difficile, surtout sur un terrain aussi compliqué. On a vite marqué les 3eet 4e buts, on s'est rendu le match facile au retour des vestiaires », a exp... AFP

Monaco s'est fait peur

L'ASM était tenue en échec à la pause par le club de N2. Avant de réagir et faire le nécessaire

De la pluie sans interruption, une main courante autour de laquelle 2000 personnes se sont agglutinées sous des cordes, un terrain gorgé d'eau sur lequel le mythique Pierre-Jo Gadeau, l'ancien attaché de presse historique de l'ASM noyait ses bottes et l'intendant de Moulins-Yzeure qui demande à récupérer les tours-de-cou à la fin du match. Bref, c'était vraiment un match de Coupe de France dans lequel l'ASM aurait pu passer un sale quart d'heure malgré sa victoire (5-2) car à la pause, Moulins-Yzeure tenait les champions de France en respect, Hardouin et Seck avaient répondu à Carrillo et Jovetic. Mais les hommes de Leonardo Jardim ont eu la bonne idée de marquer d'entrée au retour des vestiaires. Et deux fois. C'en était terminé des rêves d'exploits des pensionnaires de National 2 même si, par séquences en première période, les amateurs ont tenu la dragée haute au dernier demi-finaliste de la Ligue des champions.

« Des buts cons »

Parfois, on a retrouvé l'ASM que l'on déteste voir. Cette équipe en manque d'agressivité, sans liant et si friable défensivement.

« On a pris des buts cons », pestait Fabinho à la pause au micro d'Eurosport. CQFD. « Ce qu'on a fait en première mi-temps, ça avait de la gueule, presque le sentiment du devoir accompli. C'était quand même les champions de France en face », confiait de son côté Benjamin Sohier, le défenseur de Moulins-Yzeure. Ils sont très rigoureux, leur jeu direct est très précis et le quatrième but nous coupe les jambes », poursuit Sohier, surpris de se retrouver face à autant de journalistes.

Les amateurs n'ont pas réussi à aller au-delà de leur belle entame.

En face, Leonardo Jardim a dû recadrer ses troupes tant le second acte a été disputé avec sérieux si bien que l'ASM a passé quarante-cinq minutes très tranquilles.

La Coupe de France est une compétition simple. Face à un adversaire qui en veut, il faut rester sérieux.

L'AS Monaco l'a été en seconde période, ce qui permet à l'escouade de Jardim de valider son billet pour les seizièmes de finale.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct