“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco reste souverain

Mis à jour le 17/12/2017 à 05:13 Publié le 17/12/2017 à 05:13
Grand artisan du succès monégasque, Amara Sy prend le meilleur sur Nianta Diarra.

Monaco reste souverain

Face à une équipe antiboise appliquée mais diminuée, l'ASM a su garder le contrôle pour s'imposer, hier soir à Gaston-Médecin (84-76). Mais ce fut longtemps indécis !

La fête des voisins n'a pas déçu. Elle a même réservé un scénario assez indécis, hier soir en Principauté. Les Sharks ne s'avançaient pourtant pas vraiment à armes égales. Diminué toute la semaine par une douleur à la cheville, Tim Blue n'a pas pu aider sa bande sur le Rocher. Visage fermé, l'intérieur a passé le match sur le banc, capuche sur la tête.

« C'est compliqué quand il n'est pas là, a regretté son coéquipier Mouphtaou Yarou après coup. Nianta [Diarra] a fait un très bon boulot, mais il était fatigué. »

Forcément compliqué, quand on sait que le secteur intérieur pouvait être le talon d'Achille monégasque. Si la paire Yarou-Diarra a plutôt fait le job en phases offensives, elle a souvent souffert défensivement face aux enchaînements adverses (13/18 sous le cercle à la mi-temps).

Avec un collectif plus huilé et un jeu en pénétration efficace, la bande à Mitrovic a fait des misères à la défense antiboise par moments. Heureusement pour les visiteurs que leurs quelques flèches primées les ont laissés dans le coup au terme du premier quart-temps (20-20). Mais quand la formation princière s'est mise à accélérer, tout est devenu plus compliqué pour les coéquipiers de Vee Sanford. Surtout au cours du deuxième quart-temps.

A ce moment-là, il aurait fallu casser le rythme. Ralentir la cadence pour empêcher Evans et compagnie de prendre feu (33-26, 15e). Facile à dire, vu des tribunes. Soit. D'ailleurs, les Sharks ont malgré tout réussi à stopper l'hémorragie… avant de voir les joueurs du Rocher reprendre un peu le large à mi-parcours (41-33). Face au talent collectif et individuel de la Roca Team, les Antibois ont répondu par une envie et une combativité débordante. « Ils sont peut-être au dessus techniquement, mais on peut compenser par la hargne », disait cette semaine le pivot international Ali Traoré. C'est bien ce que son équipe s'est chargée de faire pour rester dans le coup le plus longtemps possible (58-51, 27e). Si les Sharks ont parfois la fâcheuse habitude d'arroser à longue distance, hier soir, ils ont su régler la mire pour empêcher la Roca Team de prendre de l'altitude (10/25 à 40%).

Mais du début à la fin, les Monégasques ont su bonifier leurs belles aptitudes sous le cercle. A en croire quelques échanges d'amabilités entre Yarou et Joseph, la fin de match a même été quelque peu tendue. Rien de bien méchant. Mais il fallait bien une dose de piquant dans ce derby attendu de la Riviera. Serrée jusqu'au bout, la partie est finalement restée dans les mains monégasques. Pour pas grand-chose, si l'on se fie aux trois quarts-temps bouclés à égalité numérique. Mais, même secoué, Monaco n'a jamais complètement vacillé. Ce doit donc être ça, la force tranquille d'un leader. Celle qui permet de garder le cap même quand les vents sont contraires et les corps lessivés.

Ce succès permet d'ailleurs à la Roca Team de s'offrir une marge en tête du championnat, grâce à la défaite du Mans à Limoges.

Pour les Sharks, la première victoire à l'extérieur attendra encore un peu. Mais au vu des valeurs affichées, ça ne devrait plus trop tarder.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct