“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco n'a pas tremblé

Mis à jour le 10/01/2019 à 05:07 Publié le 10/01/2019 à 05:07
Jarrod Jones (15 pts, 8 rebonds) a surmonté un début de match difficile.

Jarrod Jones (15 pts, 8 rebonds) a surmonté un début de match difficile. Serge Haouzi/ASM Basket

Monaco n'a pas tremblé

Dos au mur, l'ASM a trouvé les ressources physiques et mentales pour venir à bout des Lituaniens de Rytas Vilnius, au terme d'un combat âpre et intense. Tout reste possible dans ce Top 16...

Cette Roca Team est capable de remporter les bras de fer. Elle l'a donc prouvé hier soir face à Rytas Vilnius, au terme d'une partie digne des combats âpres et intenses qui jalonnent la longue histoire des Coupes d'Europe. Ce Monaco - Vilnius ne restera pas dans les archives comme une grande démonstration d'adresse et d'inspiration offensive... Mais question intensité, abnégation et maîtrise des nerfs, la Roca Team a su se mettre au niveau d'un club installé sur la scène européenne depuis plusieurs décennies, ce qui est indiscutablement bon signe pour l'escouade de Saso Filipovski. Dos au mur, dans ce Top 16, Monaco n'a pas craqué et fait la différence dans les derniers instants, parvenant à surmonter une nouvelle sécheresse à 3-pts (5/23).

Certes, c'était déjà mieux que l'affreux 2/20 de Berlin, mais Monaco, encore une fois, ne s'est pas rendu la tâche facile. Jarrod Jones a parfois du mal à défendre sur des athlètes plus petits et mobiles, mais quand cet intérieur atypique (et talentueux) sauve la patrie de loin (3/7 à 3-pts hier soir) on lui pardonnerait volontiers ses petits défauts.

Dominée au rebond, les 3/4 du match, pénalisée par les balles perdues, ne pouvant compter sur la réussite de son meilleur atout offensif ces derniers temps (4 petits points pour Paul Lacombe), la Roca Team a flirté plusieurs fois avec la rupture.

Rytas a mené, poussant le luxe d'un + 6 au début de la dernière période (55-49, sur un très bon passage du jeune intérieur Martynas Echodas). Mais Vilnius, à cet instant, n'a pas trouvé l'adresse lointaine non plus. Une technique très sévère sifflée à l'encontre de Needham a mis en colère Gaston-Médecin. L'adrénaline est montée dans les veines, la Roca Team a joué les sangsues en défense et n'a plus rien lâché dans le corps à corps. Dans cette lutte, c'est Rytas, privé de son meneur US, Kramer, qui a perdu les ballons sous la pression. Quand tout peut encore basculer, l'ASM a pu compter sur un champion nommé Kikanovic. Le grand pivot a rendu à Echodas la monnaie de sa pièce et sorti une 2e mi-temps de haut niveau. Zeek Jones a glissé son petit shoot fiable à mi-distance, l'ASM a pris l'avantage (67-65). Mais l'ancien américain de Nancy, Sutton, a égalisé par deux fois.

69-69, 1'35'' à jouer... Kikanovic a servi Needham ligne de fond : dedans ! Sutton a alors raté, Jarrod Jones a capté un rebond capital, et Rytas a choisi de faire faute sur Kikanovic. Même aux lancers, le grand Kika n'a pas tremblé. Pas une surprise. Mais à voir Robinson retrouver peu à peu ses jambes, et Buckner apporter cette rudesse dans la peinture dont l'ASM avait besoin, on se dit que Monaco en a encore en magasin. L'ASM a gagné en équipe, ce qui n'est pas anodin non plus, au sortir d'une période délicate. Cette victoire était essentielle. Tout reste possible. Y compris le meilleur, sans doute, à condition que les blessures tournent le dos pour de bon à cette équipe du Rocher.


La suite du direct