“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco n'a pas tremblé

Mis à jour le 01/11/2018 à 05:03 Publié le 01/11/2018 à 05:03
Gerald Robinson : pour son retour au jeu après deux semaines d'absence, le shooteur de Nashville a joué un rôle majeur.

Gerald Robinson : pour son retour au jeu après deux semaines d'absence, le shooteur de Nashville a joué un rôle majeur. Cyril Dodergny

Monaco n'a pas tremblé

Andorre était solide, mais l'ASM a fait la différence sur la fin, se rapprochant encore du Top 16

Filipovski lançait Zeek Jones et le revenant Gerald Robinson dans son Cinq… Et ça commençait par un dunk fouetté par Ouattara, servi par Robinson. La Roca Team manœuvrait à sa guise : Kikanovic, bien servi, semblait un cran au-dessus. Lorsque Ian Hummer giflait un contre (énorme), la domination monégasque, malgré les coups de griffe d'Andrew Albicy, semblait installée (16-8). Fausse impression, car l'ASM en oubliait la montagne des Pyrénées, Moussa Diagne, qui du coup se régalait dessous (16-16). Avec son jeu direct, Andorre pointait son nez en tête (20-21). Il fallait le talent de Gerald Robinson et un bon passage de Rémi Barry (5 pts en 1 minute) pour réveiller Gaston-Médecin et compenser les oublis défensifs à répétition (33-31, 16e, temps-mort de Filipovski). En manque d'influence, lui, Zeek Jones se rebiffait par un T3 important et une passe inspirée à Ouattara. 14 points avant la pause : le dos de Robinson semble aller beaucoup mieux. Les combinaisons ibériques, elles, continuaient à faire mouche dans la peinture, avec une régularité un peu trop facile pour ne pas poser des soupçons sur la défense monégasque.

Kika souverain

Egalité parfaite à la pause (44-44). Contre de Kikanovic, dunk dans les poutres de Ouattara : Monaco profitait du changement de camp pour hausser le ton. Andorre perdait la balle sous la pression, Zeek Jones trouvait le trou de souris et la faute en prime... Un + 8 (61-53) annonciateur d'une vraie échappée ? Pas vraiment… Habitué aux joutes de la Liga ACB, le BC Andorre coupait le début d'euphorie. Pas de très grosses individualités, dans les rangs Andorrans, mais un collectif solide comme le roc. Diagne égalisait (61-61, 33e) Needham, lui, faisait le coup de la panne sèche après son festival à Istanbul. C'est tout Monaco qui perdait son basket et voyait son compteur bloqué à 61 pendant huit minutes ! Une éternité brisée par Ouattara à 3-points, qui annulait l'avantage pris par Andorre (64-64, 36e). Et une fin de match aux forceps, forcément. Kika et Ouattara grappillaient aux lancers, mais le Tchèque Jelinez replaçait Andorre en tête (66-67). Ouattara, déjà énorme à Istanbul, en remettait une couche à 3-points. C'est lui, comme un grand, avec Gerald Robinson (panier, interception) qui donnait une petite poche d'air à l'ASM (71-67), vite annulée par un T3 de l'Italien Vitali (71-70, 38e). Irrespirable ! Le T3 de Jelinek ressortait du cercle... et pas celui de Zeek Jones, pile dedans. Dans ce bras de fer, l'ASM soignait son adresse dans le money time (76-70). Et qui pour asséner le coup de grâce ? Le grand Kikanovic s'en chargeait, en parfait matador...

Ouattara, Robinson, Kikanovic, Zeek Jones : c'était le quatuor majeur de l'ASM hier soir. En attendant le retour de Paul Lacombe et en espérant mieux du talent de Jarrod Jones, un brin nonchalant parfois, l'AS Monaco s'est encore rapproché du Top 16. De bon augure avant la réception du CSP Limoges samedi, dans une Jeep Elite où la Roca Team n'a plus de temps à perdre.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct