“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco, le grand écart

Mis à jour le 04/10/2018 à 05:25 Publié le 04/10/2018 à 05:25
Les Monégasques ont été largement dominés après la pause par une équipe de Dortmund plus en jambes.

Les Monégasques ont été largement dominés après la pause par une équipe de Dortmund plus en jambes. AFP

Monaco, le grand écart

Dépassés dès que Dortmund a élevé le niveau et le rythme du match, les Monégasques ont perdu pour la deuxième fois d'affilée dans la compétition. L'équipe fait du surplace

La maîtrise de l'AS Monaco en première période face au Borussia Dortmund laissait entendre un léger mieux dans un début de saison bien obscur.

Mais non. La crise ? Non...

Tout va bien, voyons.

Monaco a cédé par trois fois après la pause, a concédé de grosses occasions et aurait même pu perdre plus sèchement si Alcacer avait concrétisé son penalty.

Cela fait donc deux défaites en deux matches, et le déplacement à Bruges lors de la prochaine journée (mercredi 24 octobre) s'annonce bouillant. Les Belges qui se sont inclinés 3-1 à Madrid après avoir offert une bonne résistance n'ont toujours pas gagné.

En début de saison, l'objectif était clair pourtant, mais pas simple : sortir des poules. Force est de constater qu'on serait presque tenté de signer pour une troisième place dans ce groupe, synonyme de qualification pour la Ligue europa.

Car honnêtement, les lacunes sont importantes, et ce n'est pas gagné. Surtout dans les deux surfaces où Monaco ne fait pas peur à un chat devant le but, pendant que la défense offre cadeau sur cadeau.

Pourtant, Leonardo Jardim avait décidé de reconduire une défense à cinq conçue pour soulager un axe central Glik-Jemerson à la rue depuis le début de saison.

Un dispositif qui n'a fait illusion qu'une mi-temps, parce que disons-le : Dortmund roupillait tranquillement.

Bürki est allé chercher une bonne frappe de Tielemans dans sa lucarne (19'), mais à part ça, le calme plat. Il faut dire que Jardim manque de solutions devant, et ses attaquants sont à court d'idées. Lancé en profondeur par Falcao, Sylla qui a pris de vitesse la défense allemande a préféré revenir sur ses pas (36'). En l'absence de Jovetic, Pellegri et Geubbels, Monaco doit s'en remettre à son buteur colombien Falcao qui cherche son souffle.

Hier, la défense mise en place par l'ex-Niçois Lucien Favre a étouffé le capitaine de l'ASM.

Avant la pause, sur une belle détente pour détourner en corner une frappe de Wolf, Diego Benaglio se blessait à l'adducteur droit.

Le pompon.

Danijel Subasic, de retour dans le groupe pour la première fois de la saison après avoir soigné ses bobos post Mondial, n'a rien pu faire après la pause pour ses premières minutes.

Les Allemands jouaient alors beaucoup plus vite, et faisaient mieux circuler le ballon. Deux erreurs de Jemerson qui confirme son très mauvais début de saison ont été concrétisées par Bruun Larsen (51') et Alcacer (72'). Reus (92') terminait la bête. Des Monégasques complètement absents après la pause. Golovin, fin techniquement et précieux dans la passe en début de match ? Disparu. Falcao et Sylla, dont le pressing a gêné un peu la construction du jeu du BVB ? Disparus. Et on pourrait les faire un par un...

Au milieu, Tielemans et Aholou n'ont pas réussi à poser le ballon balancé en catastrophe par des Glik, Jemerson ou Raggi dépassés.

Tant que Monaco n'arrive pas à se montrer performant dans la durée, et qu'il ne règle pas son incapacité à défendre et à être décisif devant le but, il ne peut espérer faire un résultat. Même tombé du ciel. Car comme l'a souvent dit Jardim lorsque son ASM bénéficiait d'un brin de réussite par le passé : "La chance, c'est du travail". En ce moment du côté de La Turbie, il semblerait que ce soit un peu compliqué puisque même le coup de pouce du destin se refuse à cette équipe.

La roue va tourner ? Oui, peut-être un jour. Mais en attendant, les points, en Ligue des champions ou en L1, sont abandonnés en route. Toutes les semaines ! Perdre à Dortmund n'est pas quelque chose de surprenant compte tenu du contexte. Mais s'incliner aussi logiquement après la pause est inquiétant. Surtout quand on entend à longueur de semaine qu'il y a du mieux et que l'équipe progresse.

La crise ? Quelle crise ?

fab.P.


La suite du direct