“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco futur grand rival du PSG ?

Mis à jour le 23/10/2012 à 02:15 Publié le 15/08/2012 à 08:57
Les présidents du PSG et de l’AS Monaco, Nasser Al-Khelaifi et Dmitry Rybolovlev, ont une puissance financière et des ambitions XXL.

Les présidents du PSG et de l’AS Monaco, Nasser Al-Khelaifi et Dmitry Rybolovlev, ont une puissance financière et des ambitions XXL. Photo PQR Le Parisien et Eric Duliere

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco futur grand rival du PSG ?

Si l’ASM du millardaire russe Dmitry Rybolovlev, actuellement en L2, a, pour l’instant, largement moins investi que le PSG version qatarie, elle pourrait vite rattraper son retard en cas de montée

Si l’ASM du millardaire russe Dmitry Rybolovlev, actuellement en L2, a, pour l’instant, largement moins investi que le PSG version qatarie, elle pourrait vite rattraper son retard en cas de montée

Samedi 17 août 2013, 2e journée du championnat de Ligue 1. L’AS Monaco, fraîchement promue après avoir écrasé la Ligue 2 (92 points, 27 victoires, 11 nuls, 0 défaite) avec 35 points d’avance sur Dijon, le 2e, accueille le champion de France sortant, le Paris Saint-Germain, au stade Louis II.
Opposition de stars.

Duel de dollars.
A l’intersaison, le président milliardaire russe de l’ASM, Dmitry Rybolovlev, a tapé un grand coup sur le marché des transferts. Il a notamment recruté l’attaquant colombien de l’Atletico Madrid, Falcao, pour 40 millions d’euros (12 millions de salaire net annuel) et l’expérimenté défenseur central de Manchester United, Nemanja Vidic, pour 15 millions d’euros (8 millions de salaire net annuel).

De quoi offrir du répondant aux Thiago Silva et autre Ibrahimovic, meilleur buteur de la L1 la saison dernière avec 42 buts... Bon, OK, on arrête là le délire! Aujourd’hui, Monaco est toujours en Ligue 2 et le PSG n’est pas encore champion. Mais dans un an, ce scénario n’est pas improbable!

Deux clubs aux moyens d’exception
A l’heure actuelle, on peut difficilement comparer les investissements des Qataris au PSG à ceux des Russes en Principauté. Différence de niveau oblige.
En un peu plus d’an de gouvernance, Nasser Al-Khelaifi a dépensé près de 250 millions en transferts alors que Dmitry Rybolovlev n’a lâché « que » 37 millions environ depuis son intronisation fin décembre. Mais en déboursant officiellement 11 millions pour le jeune Argentin Lucas Ocampos (River Plate), inconnu du grand public et dont la signature va être officialisée ces prochaines heures, il a prouvé sa capacité d’investissement et son engagement sur l’avenir.

« J’ai le privilège de jouer dans le deuxième plus grand club en France (après le PSG, ndlr) », remarquait d’ailleurs justement Gary Coulibaly, le vice-capitaine monégasque, fin juillet, au regard des moyens financiers et des ambitions sportives de l’AS Monaco.
Rares clubs à disposer de « mécènes » aux moyens quasi-illimités en Europe, le PSG et l’ASM sont les deux seules exceptions à animer le marché des transferts en France dans cette période de crise économique où tous les autres acteurs des championnats professionnels sont obligés de se serrer la ceinture.

Deux entraîneurs italiens de renom
Autre point commun entre les deux entités : l’entraîneur. Alors qu’en décembre dernier, le PSG, pourtant en tête de la L1, a « viré » Antoine Kombouaré pour mettre en place l’Italien Carlo Ancelotti (ex-Juve, AC Milan, Chelsea), plus expérimenté et titré, Monaco a également remercié sans sentiment Marco Simone pour introniser l’Italien Claudio Ranieri (ex-Chelsea, Valence, Fiorentina)... plus expérimenté et titré! Un argument non négligeable pour attirer notamment des joueurs de renom.

Le milieu défensif ivoirien de l’ASM, Delvin Ndinga (ex-Auxerre), longtemps convoité par Lyon la saison dernière, explique d’ailleurs qu’il a quitté la L1 en partie pour venir côtoyer Ranieri : « Pour un joueur qui a de l’ambition comme moi, c’est un plaisir d’être sous ses ordres. J’espère que sa présence va me faire progresser. » Quitte à faire une saison à l’étage inférieur donc...

Au niveau des émoluments, le coach de l’ASM émarge à 2 millions d’euros nets par an. Un salaire supérieur à ceux de Rudi Garcia à Lille (1,8 M) ou Elie Baup à Marseille (720 000 euros). Mais trois fois moins élevé que celui d’Ancelotti dans la capitale (6 M)!

En revanche, l’AS Monaco possède un avantage important sur le Paris SG en terme de salaires versés puisqu’en Principauté les joueurs étrangers ne sont pas imposables. Alors qu’en France, la fiscalité est désavantageuse pour les clubs et pourrait l’être encore plus si la proposition de Hollande de taxer à 75% les salaires supérieurs à 1 million d’euros, venait à être votée.

Quoi qu’il en soit, on a hâte d’assister au duel que vont se livrer sur le terrain et en coulisses les deux clubs milliardaires. Il faudra juste attendre jusqu’en mai prochain. Le temps que Monaco retrouve la L1.
 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.