Rubriques




Se connecter à

Monaco frappe fort

Efficace à chaque début de mi-temps, l'ASM a fait valser des Lillois empruntés et timides. De bon augure avant le début de la Ligue des champions

à lille, FABIEN PIGALLE Publié le 31/08/2017 à 05:03, mis à jour le 31/08/2017 à 05:04
xxx
xxx

J'espère que vous avez passé une bonne soirée ! » Les supporters lillois ont certainement dû apprécier les mots de la speakerine du stade Pierre-Mauroy. Parce qu'à 0-4, à 20 minutes de la fin, ils n'étaient plus très nombreux à passer « une bonne soirée ».

En l'emportant 1-4, Monaco a donné une véritable fessée à son adversaire du soir et une petite claque sur la nuque de la L1.

L'ASM est en tête avec trois points d'avance sur Paris et quatre sur Lyon. Jardim s'est même payé le luxe de faire du coaching en vue du match de Tottenham en Ligue des champions mercredi.

 

Et dire qu'il y a quelques mois, Monaco manquait ses entames de match. Mais ça, c'était avant. Cette saison, l'ASM n'attend plus la deuxième mi-temps pour montrer les crocs.

« Les joueurs ont pris en maturité et ils ont progressé par rapport à l'an dernier », avouait Jardim à qui il ne fallait surtout pas parler de titre. « Nous avons disputé quatre journées seulement, rien n'a changé », souriait-il. Mais ce serait quand même sous-estimer la facilité technique que dégage cette équipe. Évidemment, les joueurs du Rocher passeront au travers à un moment ou à un autre de la saison. Et ils en seront pardonnés s'ils relèvent la tête. Pour l'instant, on a tout simplement du mal à leur trouver des défauts.

« On aura une mauvaise passe dans la saison c'est certain. Comme toutes les équipes. Donc il faut rester très tranquille », insistait Germain.

A la pause, Monaco menait d'ailleurs tranquillement 0-2 grâce à deux anciens pensionnaires de la maison lilloise : Djibril Sidibé (2') et Adama Traoré (17'). Puis 0-3 en tout début de seconde mi-temps sur une action collective sublime conclue par Fabinho (48'). Le match était plié. Les Monégasques ont su profiter au maximum de l'opération portes ouvertes proposée par le LOSC. Les Nordistes, hier soir, étaient deux crans en dessous d'une équipe qui semble inarrêtable en ce début de saison. D'où l'addition encore plus salée par la tête de Glik (72', 0-4), que Frédéric Antonetti a réglé sans regarder. L'estomac serré, il n'a même pas vu la réduction du score de Palmieri (1-4), juste avant le coup de sifflet final.

En jogging dans sa surface technique, Leonardo Jardim en prenait, lui, plein les yeux. Face au pressing inexistant des Lillois, les Monégasques ont posé le jeu intelligemment, en restant à la fois patients et incisifs.

Comme attendu, Radamel Falcao, de retour dans le groupe, n'était pas titularisé par Jardim. Mais le Colombien a pu se dégourdir les jambes trente minutes.

 

Hier, le technicien portugais a de nouveau fait confiance à son système à deux pointes. Bernardo Silva a tourné comme une guêpe autour de Valère Germain pour mieux perdre les défenseurs lillois. Une vraie réussite.

Surtout quand, comme depuis le début de saison, Bakayoko et Fabinho soulèvent des montagnes au milieu. Ainsi, sur chaque ballon récupéré par la doublette longiligne, les solutions de contre-attaque s'offraient à foison. Véritable casse-tête pour ses adversaires, Monaco prend des allures d'épouvantail en ce début de saison. « On est sûr de nous et on se sent très fort quand on entre sur le terrain », avouait Bakayoko.

Invincible en L1.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.