“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco frappe d'entrée

Mis à jour le 25/09/2016 à 05:03 Publié le 25/09/2016 à 05:03
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco frappe d'entrée

Dans l'antre de l'ASVEL, champion de France en titre, la Roca Team a démarré sa campagne pied au plancher. Première démonstration magistrale conclue sur un score sans appel (74-90)

À l'heure des pronostics pour élire le grand favori de cette saison 2016-2017 de Pro A, le nom de l'AS Monaco Basket est celui qui ressort le plus. Pas sûr qu'après cette première journée de championnat, les principaux observateurs de la balle orange changent d'avis...

Sur le parquet du champion de France en titre, et dans une salle où elle avait complètement explosé en mai dernier, en demi-finale des Playoffs, la Roca Team a impressionné collectivement et frappé fort dès sa première. Hormis cinq premières minutes délicates, rythmées par une ASVEL toute excitée de retrouver son public à qui elle venait de présenter son trophée (13-4), pas grand-chose n'est à jeter dans le jeu monégasque.

Et si Zvezdan Mitrovic a fait la fine bouche en conférence de presse, le coach de l'ASM, toujours invaincue depuis la reprise, a de quoi voir venir. En première mi-temps, c'est tout d'abord Yakuba Ouattara, pourtant pas attendu à pareille fête, qui se rappelait au bon souvenir de la région lyonnaise pour placer les champions de France dans les cordes (22-32 puis 36-46).

C'est ensuite Amara Sy, un autre ancien de la maison, qui insuffla la nette accélération de Monaco au retour des vestiaires, pas mécontent de rendre la vie dure à son frère cadet, Bandja (49-70, 26e). Et quand l'Astroballe, et dans le même temps l'ASVEL, se révoltèrent après l'expulsion de son coach, JD Jackson, coupable d'avoir titillé d'un peu trop près les oreilles d'un trio arbitral tatillon, c'est Jamal Shuler qui enfila le costume de MVP (23 points) pour définitivement plier l'affaire.

Un premier acte rondement mené par une équipe princière solide et incroyablement « prête » à ce moment de la saison. Après, on le sait, la vérité du 24 septembre n'est pas souvent celle de la deuxième quinzaine de juin...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.