“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco, et ça repart ? Enfin du mordant !

Mis à jour le 09/11/2019 à 10:32 Publié le 09/11/2019 à 10:32
Eric Buckner et l’ASM le dos au mur.	(Ph. C. Dodergny)

Monaco, et ça repart ? Enfin du mordant !

Après 3 défaites d’affilée (dont 1 en EuroCup), l’ASM se doit de réagir face au promu OrléansVainqueur de Gries hier soir (74-64), Antibes a bien réagi après une entame ratée

En temps normal, le discours ‘’méfiance face au promu’’ aurait semblé un peu convenu... Mais le quotidien actuel de la Roca Team n’est pas celui de la routine, avec trois défaites d’affilée (Bologne, Le Mans, Andorre) qui ont fait mal et obligent à une réaction les hommes de Sasa Obradovic. Monaco, eu égard à ses ambitions, est un peu le dos au mur et ne risque donc pas de manquer d’attention ce soir face à Orléans. Question récupération, les quatre jours plein depuis la déculottée d’Andorre (68-95) ont fait du bien... L’interrogation se pose davantage sur la qualité de jeu que cette Roca Team est capable de déployer en ce moment. Alors, réaction virulente ce soir ou équipe touchée et en souffrance ? La question est là... En face, Orléans, pas favori du tout, pourra jouer avec moins de pression. L’OLB a joué mardi en Coupe de France, battu de justesse par le leader de Jeep Elite, Boulogne-Levallois (81-82). « Il ne faudra pas prendre le déplacement à Monaco comme un match d’entraînement, a dit le coach orléanais Germain Castano à ses joueurs. Oui, Monaco c’est très très difficile, mais il faut y aller très très sérieusement ».

Chris Evans, le retour

Plus faible équipe de Jeep Elite au rebond, l’OLB se distingue en revanche par son agressivité (2e équipe aux interceptions) et par une adresse à 3-pts très correcte (5e de Jeep Elite). Les 3 fers de lance se nomment Miralem Halilovic (16,6 pts, 6,1 rebonds pour l’intérieur bosnien), Bandon Jefferson (14,9 pts, 3,4 passes pour le petit meneur US, héros de la montée la saison passée) et Chris Evans (16,4 pts, 4,6 rebonds), un ailier-fort bien connu sur le Rocher (saison 2017/18) avec des dunks de folie tels des coups de massue. Ce soir, c’est l’ASM qui doit s’éviter la migraine.

On pourrait presque y voir une forme de schizophrénie. Un trouble du comportement, qui pousse cette équipe à changer d’attitude en une poignée de secondes. Hier soir encore, les Sharks ont jonglé entre noir et blanc face à Gries-Oberhoffen. À l’envers et dépassés d’entrée, les Antibois ont laissé les clés du camion à un adversaire plus en rythme et le premier quart-temps a viré à la correction. Menés de 15 longueurs après 7 minutes, les joueurs de Nikola Antic ont fait peine à voir avec un cocktail balles perdues-shoots manqués des plus déprimants.

Et puis l’attaque alsacienne s’est grippée, la fluidité envolée et Antibes en a profité. Portés par un Corentin Carne en réussite, les Sharks ont gentiment grignoté leur retard face à des visiteurs étrangement perdus. Bien trouvé sous le cercle, le capitaine Blue a même permis aux siens de prendre une légère avance, histoire de donner de l’air à une salle en apnée prolongée (32-29, 15e).

Si le Griesois Saul Blanco a poursuivi son show après la pause, alignant sans pression à trois points (40-47), les coéquipiers de Romuald Morency n’ont pas lâché l’affaire et sont restés au contact.

Un peu gourmands de loin, les joueurs de Ludovic Pouillart ont parfois eu tendance à tomber dans l’abus et Antibes en a profité pour repasser aux commandes. Plus intense, l’escouade azuréenne a sérieusement secoué le BCGO, sans réussir à creuser un gros écart.

Mais ça, c’était avant le QT4. Avant que Gédéon Pitard ne se décide à plier l’affaire. Proprement et définitivement, avec une forme de maîtrise encore jamais vu en quatre journées. Enfin fondateur ?

Trois défaites d’affilée, ç’en est trop semble-t-il du côté de la direction de l’ASM qui aurait pris le taureau par les cornes. Après le départ d’Ivan Buva, mis à l’essai un mois et non prolongé, l’arrivée d’un nouvel intérieur étranger (Monaco a encore une place de libre au niveau du quota autorisé de 6 étrangers) serait imminente. Selon le bruit qui court à Gaston-Médecin, cet intérieur en question serait porteur d’un gros pedigree, en NBA notamment.

Des offres pour Dylan Ennis

Un renfort a priori majeur, donc, mais ce n’est pas tout.

L’ASM serait aussi sur le point de signer un nouvel arrière de fort calibre. Il est vrai que la Roca Team souffre d’un déficit d’adresse et de complémentarité.

Dans l’hypothèse d’une arrivée d’un 7e étranger, un départ serait probable. Selon nos informations, l’ASM aurait reçu des offres pour Dylan Ennis en provenance d’Espagne notamment (Saragosse), mais la décision ne serait pas prise. Toujours est-il que la Roca Team 2019/2020 n’a pas fini sa mue, preuve que l’ambition sur le Rocher se situe loin de la 5e place actuelle. F.P.

Pitard, précieux dans le QT4.
Pitard, précieux dans le QT4. Sébastien Botella
Evans dunke aujourd’hui pour Orléans.	(Ph. J.-F.  O)

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.