“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco en profite

Mis à jour le 04/12/2016 à 05:04 Publié le 04/12/2016 à 05:04
Jean-Louis Leca a de quoi être écœuré... Monaco a rendu fous les Bastiais hier soir.
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Monaco en profite

Le PSG battu avant le coup d'envoi à Montpellier (3-0), l'ASM n'a pas perdu de temps pour repasser devant les Parisiens à la faveur d'un nouveau carton : 5-0 contre Bastia

Au coup d'envoi, Monaco savait que le PSG venait de se faire étriller à Montpellier (3-0) et pouvait repasser devant les champions de France en cas de victoire. Une offrande que l'escouade princière a saisie au vol en disposant facilement de Bastia (5-0). On savait les Monégasques vexés de leur prestation dijonnaise, mardi, la réponse ne s'est pas faite attendre. Et comme souvent avec l'ASM, la note est salée. Pour comprendre le rythme offensif incroyable, presque surhumain, que tient l'équipe de Leonardo Jardim, il suffit de se pencher sur la colonne « différence de buts ». Après seize matches joués, elle affiche « +33 ». Stratosphérique. Quand votre attaque affiche plus de trois buts par match, vous vous baladez sur les pelouses de Ligue 1 avec un totem de l'immunité. En ouvrant le score rapidement, comme ce fut encore le cas hier après dix minutes de jeu, les matches sont faciles. D'autant plus face à un adversaire qui affiche un plan de jeu assez évident avec une défense à cinq éléments, protégée par quatre milieux.

Même s'il faudra attendre le milieu de la seconde période pour voir Monaco tuer tout semblant de suspense avec quatre buts en treize minutes, le match a été à sens unique. Une promenade de santé comme c'est souvent le cas au Louis-II cette saison où l'équipe est (re)devenue imprenable alors qu'elle n'en finissait plus d'y laisser des points bêtement l'an dernier (21 de perdus).

Décidément, il s'est passé quelque chose durant l'été dont on peine encore à mesurer l'ampleur. Même Falcao, pourtant donné perdu pour le football anglais depuis deux ans et récemment cité dans une affaire d'évasion fiscale par le biais de Gestifute, la société de son agent Jorge Mendes, est ressuscité. En tout cas, les chiffres parlent pour le Colombien qui, avec son doublé, porte son total de buts à 11 en 14 matches cette saison. Et comme tout le monde marque dans cette équipe, les matches prennent souvent la même tournure, celle d'une démonstration de force implacable et inéluctable. Même quand Bernardo Silva n'est pas dans un grand soir, cela passe inaperçu car derrière, Lemar assure la relève (un but, deux passes). Pour que cette équipe chute, il faut un sacré concours de circonstances, réaliser une prestation collective parfaite et allumer un cierge avant la rencontre. C'est souvent beaucoup trop pour les adversaires qui arrivent résignés en Principauté.

Ce matin, Monaco a redressé la barre et s'est offert une semaine complète pour préparer son déplacement à Bordeaux car mercredi, en Ligue des Champions, Leonardo Jardim a annoncé la couleur : il fera beaucoup tourner. C'est la force d'une équipe qui écrase tout sur son passage mais qui n'oublie de demander, malgré tout, des coups de pouces du destin. « Ce soir, on sera pour Toulouse (adversaire de Nice), on espère des faux-pas de nos concurrents », a conclu Tiémoué Bakayoko.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.