“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco en On a fait preuve de patience

Mis à jour le 08/12/2019 à 10:06 Publié le 08/12/2019 à 10:06
Quand Keita Baldé perfore la muraille picarde...

Monaco en On a fait preuve de patience

Après une première mi-temps d’un ennui mortel, Monaco a disposé d’Amiens en marquant trois fois en neuf minutes pour conclure une semaine fructueuse

Neuf minutes. C’est une de plus que la durée du tube planétaire de Led Zepellin, « Stairway to Heaven ». C’est le temps qu’il aura fallu à l’AS Monaco pour planter trois banderilles dans le buffet d’Amiens et de valider, ainsi, une deuxième victoire de rang après celle de Toulouse, mercredi.

Quelque part, l’autoroute vers le paradis monégasque n’avait pas les contours artistiques du duo Robert Plant-Jimmy Page mais Wissam Ben Yedder a quelque chose de rock’n roll quand il joue au football. Surtout dans sa manière d’envoyer les ballons au fond des filets. Avoir un buteur de cette trempe, de cette efficacité, et qui possède un tel sang-froid permet de gagner ce genre de match. Des rencontres moisies, jouées dans une ambiance d’une tristesse infinie et qui se débloquent sur un coup de génie.

Et Ben Yedder est souvent au bon endroit, au bon moment, pour changer le cours d’un match de football. Derrière, Amiens a explosé, encaissant deux autres buts en trois minutes.

Lecomte, l’arrêt qui compte

« On aurait pu en prendre dix tant on a baissé les bras après l’ouverture du score », a sèchement lâché Luka Elsner, le coach amiénois dépité.

On dit souvent qu’une équipe se jauge au niveau de son gardien et à celui de son avant-centre. Pour le buteur, on a vu. De l’autre côté du terrain, Benjamin Lecomte sort une parade réflexe devant Kakuta alors que le score était encore nul et vierge, parfait pour permettre à Ben Yedder de débloquer la situation d’un match jusqu’ici ennuyeux. C’est le seul arrêt du match du portier monégasque et il est déterminant. Deux joueurs décisifs en moins d’un quart d’heure et cela suffit pour briser Amiens. Un bon gardien, un numéro 9 décisif, les grandes équipes se suffisent de ça en général.

Quelque part, et toutes proportions gardées, il y a un peu de PSG dans ce Monaco. Un jeu collectif souvent absent, peu d’intensité et, par séquences, des stars qui éclairent un match. Oui, Monaco s’est imposé grâce à ses individualités et à l’heure actuelle on va se contenter de ça.

Que retenir de cette première période jouée en marchant de la part des deux équipes ? Rien si ce n’est un ennui mortel. « On a manqué d’agressivité et de

profondeur », étaye Leonardo Jardim.

Une série, enfin ?

La seconde période a eu le mérite d’être plus sexy et d’offrir un peu de spectacle et des buts sans pour autant réchauffer l’atmosphère. Jardim, que l’on disait menacé, vient de remporter deux matches cruciaux contre des équipes en grosses difficultés, sans être brillant. En revanche et pour la première fois cette saison, le club de la Principauté va se réveiller dans le top 10 du championnat. Petit à petit l’équipe rattrape son retard sans perdre son objectif des yeux : terminer sur le podium au soir de la 38e journée.

Quand vous avez de tels talents dans un championnat où, finalement, peu d’équipes en ont autant, ça doit finir par se voir. Les Monégasques ne jurent que par des séries, avec deux victoires de rang c’est le début de quelque chose.

À Angers, samedi prochain, il faudra continuer la moisson pour grappiller des points et des places car Monaco s’est, jusqu’ici, spécialisé dans les dérapages incontrôlés sur l’autoroute de la Ligue 1. Il est temps que ça cesse, c’est bientôt Noël. L’époque des miracles.

51’: sur un contre sublime lancé par Kakuta, Diabaté centre au second poteau pour ce même Kakuta dont la reprise du gauche est repoussée par Lecomte.

53’: Gil Dias hérite d’un bon ballon de Keita Baldé côté gauche, le centre à ras de terre du Portugais arrive sur Ben Yedder qui, seul, ne trouve pas le cadre dans les six mètres.

61’: corner de Golovin mal renvoyé par la défense amiénoise, Ben Yedder en embuscade envoie une volée dans la surface qui termine au fond des filets de Gurtner (1-0).

67’: coup franc excentré de Golovin, le Russe sert Maripan au point de penalty, le Chilien accompagne la balle dans les filets du plat du pied droit (2-0).

70’: ouverture de Golovin pour Ben Yedder, le Français bute sur Gurtner mais la balle revient dans les pieds de Keita Balde qui marque dans le but vide (3-0).

86’: sur un contre, Augustin oblige Gurtner à une parade sur son côté droit après une bonne frappe à ras de terre.

leonardo jardim : « Amiens était venu pour fermer, avec deux lignes très proches. On a essayé de faire bouger leur bloc en première période mais on manquait d’agressivité et de profondeur. Après la pause, on a fait preuve de patience et le match s’est ouvert sur un corner puis sur un coup franc. C’était plus facile derrière. Débuter en 4-3-3 ? On voulait mieux contenir un adversaire qui allait surtout jouer le contre, c’était notre stratégie de départ tout en gardant un certain équilibre. On peut jouer avec une défense à quatre, une à trois, on s’adapte mais le plus important reste l’équilibre collectif avec et sans le ballon. C’est un championnat compliqué, compétitif, c’est bien de gagner deux matches de suite pour grimper au classement ».

benjamin lecomte : « On voulait absolument cette victoire pour enchaîner après Toulouse. C’est chose faite. On aurait pu mieux maîtriser le match, surtout en première période, mais on a terminé en beauté. On est récompensé de nos efforts. Tout le monde s’est battu pour qu’on ne prenne pas de buts, on passe enfin dans le positif dans le goal-average, c’est bien. On va se concentrer sur Angers car on peut basculer dans la bonne première partie avant Noël, psychologiquement ça fait du bien de remonter, il reste six points à prendre avant la trêve ».

keita balde : « L’objectif était de s’améliorer dans tous les secteurs. Je suis content de donner mon meilleur, de voir que l’équipe remonte au classement. Quand tu enchaînes les victoires, le moral va mieux. Même à la pause, je n’étais pas inquiet, on avait la balle, on était rarement sous pression. Je suis content de marquer, le ballon arrive devant moi car je le sentais, il faut toujours être prêt dans la vie (Rires) »

Leonardo Jardim : « C’est bien de gagner deux matchs de suite. »

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.