“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco dans l'urgence

Mis à jour le 25/11/2018 à 05:08 Publié le 25/11/2018 à 05:08
Depuis trois matches, la Roca Team a retrouvé le vrai Paul Lacombe. 
De bon augure pour ce défi au Mans avant la trêve internationale.
	(Ph. J.F. Ottonello)

Monaco dans l'urgence

Au Mans, l'ASM encore diminuée doit pourtant s'imposer pour garder contact avec le Top 8

Monaco au Mans, à Antarès ? Dans le camp monégasque, le remake va évoquer un douloureux souvenir, celui de cette dernière finale de Jeep Elite perdue en 5 manches face au MSB...

« Ce fut un moment dur à vivre. Aujourd'hui, je dirais que l'on a tourné la page », glisse Elmedin Kikanovic.

De l'eau a coulé sous les vieux ponts de la Sarthe, déjà. De l'équipe titrée au MSB ne restent que le meneur Antoine Eito (touché aux adducteurs), l'intérieur Wilfried Yeguete et l'arrière Terry Tarpey, qui n'avait pas joué la finale. Dans les rangs de l'ASM, Robinson et Sy étant blessés, seuls Kikanovic, Paul Lacombe, Georgi Joseph et Yakuba Ouattara étaient là en juin dernier. Changement d'époque, mais aussi de contexte. Monaco est 12e (5 victoires, 5 défaites), Le Mans 6e (6 victoires, 4 défaites). Et pour l'ASM, déjà une forme d'urgence : à 7 journées de la fin de la phase aller, la probabilité de voir la Roca Team empêché de défendre son titre en Leaders Cup a pris du volume. « Avant le départ de la saison, on aurait pu se dire, cette journée de saison régulière au Mans n'est pas si importante que ça. Aujourd'hui, on voit bien que c'est un match que l'on ne peut pas lâcher, constate Paul Lacombe. Ne pas défendre un trophée que l'on a gagné 3 fois (la Leaders Cup), ce ne serait pas une catastrophe, mais cela ferait un peu désordre ».

Lacombe en grand

La Roca Team espérait récupérer Zeek Jones (genou). En définitive, Jones ne reprendra l'entraînement que la semaine prochaine. L'ASM va donc de nouveau se présenter en mode effectif réduit. « Perso, j'ai eu beaucoup de mal à digérer la défaite contre Levallois. Mais on a ensuite montré tout notre caractère contre Ulm en EuroCup (qualification pour le Top 16) », rappelle Lacombe. Avant de rejoindre - avec Yak Ouattara - l'équipe de France, ''Paulo'' a renfilé sa tenue de superman (19,3 pts, 6 passes, 5,3 rebonds, 3 interceptions sur les 3 derniers matches). Une métamorphose qui n'est pas passée inaperçue. En plein spleen il y a encore 3 semaines (''je ne me sentais pas bien utilisé''), Lacombe évoque une discussion, à Belgrade avant l'Etoile Rouge, avec Misko Raznatovic (le président de BeoBasket, l'agence en charge de ses intérêts). « En 10 minutes, il a trouvé les mots justes. Il fallait que je sois plus relâché, moins prise de tête. Sans la frustration, c'est beaucoup plus facile de jouer au basket ».

Rejoindre le MSB

L'absence de Gerald Robinson (jusqu'en janvier) a aussi libéré le champ. L'entente entre les 2 arrières, plus tard, sera indispensable pour atteindre les gros objectifs. « On a déjà prouvé avec Gerald, la saison passée, que l'on pouvait très bien jouer ensemble. On a appris à se connaître ».

Dans l'immédiat, la Roca Team va donc tenter de rester en territoire positif. Et de rejoindre le MSB au bilan.

Le meneur US Michael Thompson (12,5 pts, 6,5 passes) et l'intérieur naturalisé Richard Hendrix (9,0 pts, 7 rebonds) sont les 2 Manceaux les plus en vue. Conger, l'ailier US, a été coupé le 10 novembre, remplacé par Tabu, l'international belge.

Si Monaco brille en EuroCup, Le Mans est mal en point en Ligue des champions FIBA : le MSB de Bartechecky reste sur un nouveau revers à Wloclawek en Pologne mercredi (64-76).

F.PATURLE


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct