“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco, ça s'arrête là

Mis à jour le 30/05/2016 à 05:14 Publié le 30/05/2016 à 05:14
Casper Ware s'infiltre entre Sergei Gladyr, Amara Sy et Adrian Uter :  cette fois, la Roca Team a cédé face aux vagues vertes.

Casper Ware s'infiltre entre Sergei Gladyr, Amara Sy et Adrian Uter : cette fois, la Roca Team a cédé face aux vagues vertes. PQR/Le Progrès

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco, ça s'arrête là

À bout de souffle, l'ASM a subi la loi de Villeurbanne. Il n'y aura pas de finale sur le Rocher

La saison de l'AS Monaco Basket a donc pris fin à Villeurbanne. Une saison en tous points, exceptionnelle, une première place de la saison régulière à la clé, et une Leaders Cup remportée brillamment.

Mais une saison longue et harassante, au bout de laquelle la Roca Team n'avait plus de gaz, à l'image de cette demi-finale de Playoffs. Car dans cette série défensive au possible, si l'ASM a remporté au courage le match 2, elle a finalement été la plupart du temps dominée par une formation de Villeurbanne qui a trouvé la constance nécessaire au meilleur des moments.

Et que la présence de son président Tony Parker a semblé booster encore davantage.

Dans ce match 4 où Zvezdan Mitrovic, privé bien sûr de Billy Ouattara, blessé au mollet lors du match 2, pouvait bien compter sur Darrel Mitchell, pourtant annoncé blessé l'après-midi même (adducteurs), Monaco, privé d'adresse extérieure, a été dominé dans tous les secteurs.

Dans un grand jour en attaque, l'ASVEL se lançait dans un match offensif, aidé par un trio arbitral décidé, cette fois-ci, à laisser les deux formations s'expliquer.

Casper Ware euphorique

Dominatrice aux rebonds, elle pouvait compter sur un Nicolas Lang de gala pour la mettre sur les bons rails (21-14, 8e).

Et même si grâce à ses rotations, Aaron Cel et Lamine Kanté, l'ASM recollait un temps (31-28, 16e), Casper Ware lui faisait mettre un pied à terre, en réussissant trois tirs à trois points en une minute trente avant la pause (44-33).

Sans adresse...

Et la suite fut du même acabit. Amara Sy remit un temps un semblant de suspense (48-41, 23e), mais les Villeurbannais, sereins comme jamais dans cette série, reprirent leur festival offensif, Trenton Meacham prenant parfaitement le relais de Casper Ware.

Le coach monégasque tentait tout pour trouver la solution ultime, mais celle-ci ne prit jamais forme.

Jamal Shuler, malgré tous ses efforts, ne trouvait pas la mire et les derniers espoirs s'envolaient pour l'ASM.

Dominés athlétiquement, ses joueurs subissaient face à la puissance de Darryl Watkins, et manquaient cruellement d'adresse quand ils en avaient besoin. Inexorablement, l'écart enflait, l'ASVEL se permettant même de faire souffler ses cadres dans une fin de match festive et débridée. C'est Villeurbanne qui défiera Strasbourg en finale.

Jamal Shuler, serré de près par Lang, est resté sans adresse à l'Astroballe...
Jamal Shuler, serré de près par Lang, est resté sans adresse à l'Astroballe... PQR/Le Progrès

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.