“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Monaco, c'est passé

Mis à jour le 07/01/2019 à 05:12 Publié le 07/01/2019 à 05:12
Sylla, l'unique buteur du match. Première avec l'ASM pour Naldo (photo du haut).

Sylla, l'unique buteur du match. Première avec l'ASM pour Naldo (photo du haut). AFP

Monaco, c'est passé

L'ASM, classe biberon, s'est qualifiée sans séduire face à Canet-en-Roussillon (N3)

Les craintes étaient fondées. L'ASM aurait pu passer à la trappe, hier, face au 8e du groupe Occitanie de N3. Avec douze blessés, un excusé pour deuil familial (Falcao) et huit éléments laissés au repos, il ne pouvait en être autrement. Même si les minots lancés par Henry ont ramené la qualification pour les 16es, ils n'ont pas chassé tous les doutes qui accompagnent le quotidien d'un 19e de L1. Malgré le but éclair de Sylla (2'), que ce serait-il passé si Pioton avait obtenu un penalty, lorsque sa frappe a croisé la main de Jemerson dans la surface (17'). Et si cette équipe de Canet, au final peu mise en difficulté, avait eu la lucidité pour terminer son match à onze (l'expulsion de Lopy à la 18e étant logique, après une vilaine semelle sur Grandsir). « C'est bien de passer mais la manière n'était pas là. On a fait un gros travail physique pendant dix jours et il fallait gérer les joueurs. Les mecs avaient les jambes lourdes. On a perdu beaucoup de ballons dans l'entrejeu, ce qui a mis nos centraux en difficulté (Jemerson en tête, ndlr) », a d'ailleurs confessé Thierry Henry, avant d'ajouter. « Est-ce qu'on a eu peur pour autant ? La peur, c'est un bien grand mot. Vous allez quand même me dire que Canet s'est retrouvé à dix, qu'on aurait dû faire plus, mais j'ai déjà perdu des matchs contre des équipes supposées moins bonnes et à dix. Ils se sont battus jusqu'au bout, avec une frappe de peu à côté sur la fin, mais on a aussi deux-trois occasions pour mettre le deuxième. Après, tant qu'on ne le met pas, c'est difficile. Même contre une équipe à dix. »

L'ASM a profité de Canétois

peu enclins à emporter le stade Brutus dans leur sillage. L'essence même de la Coupe et d'un traquenard. « Quand on entend ce stade ronfler à chaque action, on se dit, "putain, ici, ils sont passionnés de football". Au final, on n'a pas su donner au public ce qu'il attendait, regrettait William Prunier, le coach du CRFC. On a manqué de folie alors que Monaco était en panique sur deux-trois ballons venus traîner dans la surface en première période. Je félicite les joueurs, ils ont tout donné, mais ils se sont aussi dispersés avec les sollicitations médiatiques. J'ai protégé le groupe mais je pense qu'il a mal géré l'événement. Vous savez, à notre niveau, quand je vois deux caisses de champagne dans notre vestiaire au coup d'envoi... On a manqué de respect au football. Il faut beaucoup d'humilité à notre niveau. Je l'ai en travers de la gorge et je vais savoir qui a déposé ces caisses. »

Viva Espana !

Une fois dit que l'ASM a joué avec le feu, que retenir de cette partie ? La première de Naldo, dont Henry a apprécié la copie ? « Vous l'avez vu placer les joueurs et donner de la voix. C'est le leader dont on avait parlé », a expliqué le champion du monde 98. Les vingt-quatre minutes disputées sans rechute par Rony Lopes, après quatre mois d'absence ? Le Portugais, géré dans l'optique qu'il retrouve une grande partie de ses sensations dimanche prochain au Vélodrome, et malgré une bonne frappe du gauche (88'), est bien trop talentueux pour porter des conclusions hâtives sur sa performance. Non, ce qui restera, c'est l'entrée en jeu de Navarro. Parce qu'à défaut de magie, il faut parfois se contenter d'un morceau d'histoire. A 16 ans et 8 mois, l'Espagnol est devenu le plus jeune joueur du club princier à évoluer chez les pros. Couvé à la Masia, pur produit de la formation du Barça, le Catalan, débarqué sur le Rocher l'été dernier, devance désormais Pietro Pellegri (16 ans et 10 mois) et un certain Kylian Mbappé (16 ans et 11 mois). Et Monaco n'a sans doute pas terminé de chanter ''Viva Espana !''. Puisque selon nos informations, le transfert de Cesc Fabregas devrait être officialisé aujourd'hui ou demain. Le milieu de Chelsea était bien présent sur le Rocher, hier, pour régler les derniers détails de son contrat. Et avec lui, c'est un peu du beau jeu que l'ASM entend retrouver.


La suite du direct