Rubriques




Se connecter à

Monaco, c’est C’est un coup d’arrêt déjà la rechute Badiashile plombe les siens

Invaincue depuis près de 30 ans à La Mosson, l’AS Monaco s’est lourdement inclinée contre Montpellier (3-1). Le collectif reste très fragile sur le Rocher

Publié le 06/10/2019 à 10:12, mis à jour le 06/10/2019 à 10:13
Golovin expulsé en fin de match
pour un deuxième avertissement
Golovin expulsé en fin de match pour un deuxième avertissement

On était en droit de se demander après deux succès d’affilée si l’AS Monaco avait enfin vu le bout du tunnel. Hier à La Mosson, la réponse a été cinglante : pas du tout ! Et on comprend mieux pourquoi Tiemoué Bakayoko appelait au calme avant la rencontre. « Il ne faut pas s’enflammer » disait-il.

Et bien pour le coup, tout le monde a été refroidi.

Monaco, qui n’avait plus perdu depuis décembre 1990 dans l’Hérault face à Montpellier a chuté dans les grandes largeurs en s’inclinant 3-1 de manière assez brutale.

L’ASM a chuté du haut de sa confiance, fragile, à l’image de Benoît Badiashile qui, sur une glissade à la demi-heure de jeu, offrait le ballon de contre et de but pour Mollet. Le début de la fin. Avant ça, Glik de la tête (15’) et Golovin (26’) auraient pu ouvrir le score. Il n’en fut rien, et le retour de bâton a été terrible. Monaco avait le ballon, n’avait pas été en danger plus que ça… et patatras.

 

Comme l’impression que toute l’équipe monégasque a glissé avec Badiashile, laissant dans la foulée une quantité anormale d’occasions à l’équipe de Michel Der Zakarian.

Avec près de 14 tirs concédés à la pause, c’était presque un miracle que l’équipe de Leonardo Jardim ne soit menée que 2-0.

Car, oui, Pedro Mendes avait doublé la mise un peu moins de dix minutes après l’ouverture du score, et le tableau d’affichage aurait dû être bien plus lourd si Lecomte n’avait pas sorti une grande prestation. Devant ses anciens supporters, l’ex-montpellierain a assisté à la liquéfaction d’un collectif qui tournait bien depuis trois matches.

En vrai, le MHSC a réussi là où d’autres ont échoué : couper l’alimentation du duo infernal Slimani-Ben Yedder quasi inexistant hier. A eux deux ils capitalisaient pourtant 9 buts en cinq rencontres. Alors oui, l’international français y est allé quand même de son but (68’, 3-1) et Monaco s’est montré plus vaillante dans les 20 dernières minutes, mais c’est surtout parce qu’entre-temps, Delort avait planté le 3-0 à l’heure de jeu qui mettait un point final à l’histoire.

Le 4-4-2 ultra-offensif de fin de rencontre imaginé par Jardim a permis à l’ASM de finir sur une note positive en s’appuyant sur les entrées de Baldé et Aguilar, mais c’est une mince satisfaction puisque le mal était fait.

Quand on parle de note positive, on laisse bien évidemment de côté les deux cartons jaunes et donc l’expulsion logique et très stupide de Golovin (82’).

Dans un match déjà perdu où le Russe n’avait rien apporté, il a trouvé la bonne idée de passer son tour pour les prochains rendez-vous avec un rouge. Déjà la quatrième expulsion cette saison après Aguilar (à Metz), Jemerson (contre Nîmes) et Fabregas (face à Lyon).

Reste à savoir si l’embuscade d’hier était un simple accident. Les Monégasques auront la trêve internationale pour repenser à tout ça, et avancer plutôt que de ruminer.

Le goût amer en bouche ramené de La Mosson va mettre du temps à partir.

 

33’(1-0) : Sur une glissade de Badiashile, Mollet récupère et décale Laborde qui lui redonne. Lancé dans la défense l’ex-messin trompe Lecomte de la tête à bout portant.

39’(2-0) : Tête de Mollet sur corner repoussée par Lecomte sur sa ligne. Seul Pedro Mendes suit et n’a plus qu’à pousser pour marquer.

57’(3-0) : En une touche Laborde lance Mollet côté droit qui centre au second poteau pour Delort. Le N° 9 marque en reprenant de volée mais se blesse sur l’action.

68’(3-1) : Fabregas trouve Slimani qui redonne à Ben Yedder. L’attaquant monégasque fixe la défense dans la surface et trompe Rulli d’un ballon subtilement piqué.

Leonardo Jardim (asm)

« Je suis déçu parce qu’on n’a pas réussi à mettre l’intensité et la rigueur que nous avions et que nous travaillions à l’entraînement. La réaction à la perte de balle n’a pas été bonne. On n’a pas mis de pression et d’agressivité. On a fait trois matches avec de la grinta, de l’intensité, ça marchait bien, et peut-être que les personnes se disaient que tout allait être plus simple désormais. Ce n’est pas ça le football. On n’a pas mis d’impact, on a pris deux buts etc. On avait tout pour faire mieux, parce qu’on avait beaucoup progressé ces dernières semaines. Mais il y a eu un vrai manque dans le collectif et en termes d’intensité. On a donné beaucoup trop de confiance à l’adversaire. L’équipe, moi, les joueurs, tout le monde... on n’a pas été capables de faire collectivement les choses. »

 

Benjamin Lecomte (asm) « C’est un coup d’arrêt logique, on n’a pas fait le match qu’il fallait pour venir embêter cette équipe. Ils ont fait du Montpellier, en étant très costauds et efficaces. Il fallait montrer plus, c’est dommage parce qu’on s’est créé les premières occasions, mais dans le foot ça ne pardonne pas. Il faudra retrouver le visage qu’on a montré la semaine dernière pour espérer. C’est un peu le problème cette année, quand il y a des choses qui ne vont pas dans notre sens, on a tendance à baisser la tête. Ça arrive de prendre des buts mais, même à 2-0, le match n’était pas terminé. En deuxième mi-temps, on aurait pu faire bien mieux, mais ça n’a pas été le cas, et ils nous ont sanctionnés. On n’a pas agi comme une équipe, sinon on n’aurait pas sombré.

Maintenant, il y a la trêve internationale qui j’espère va nous faire du bien.

Il y a de la qualité dans cet effectif, j’espère qu’on va sortir grandi de cette défaite. Mais même la qualité ne suffit pas quand on n’agit pas en équipe.

Le retour à la Mosson ? C’était particulier de jouer contre des amis, le public m’a applaudi, je le remercie. Mon bon match ? C’est secondaire. »

Gaëtan Laborde (MHSC) « On savait que ça allait être très difficile car ils étaient en pleine bourre, mais on a pris le match par le bon bout, on a été efficace devant, la victoire est méritée. La plus mauvaise défense de Ligue 1 ? On n’a pas senti une défense catastrophique, on a su mettre les ingrédients qu’il fallait, quand le ballon traînait, c’est nous qui avons mis le pied. »

Lecomte Malgré le score, lui a réussi son match. Pour son retour à la Mosson, il a été plusieurs fois décisif face à Delort (34’) Laborde (36’), et a longtemps évité le 2-0. Mais il ne pouvait pas tout stopper.

 

La meilleure illustration est le but de Pedro Mendes (39’), où il repousse la tête de Delort (39’), mais sa défense avait visiblement envie de somnoler. Encore une double parade devant Pedro Mendes et Mollet (42’) ou devant Cozza (45’). Un match très frustrant.

Maripan Il se souviendra de son duel avec Delort qui lui a causé bien des tourments. Absent contre Brest, le Chilien faisait son retour dans le onze à la place de Jemerson et on ne peut pas dire qu’il ait marqué des points. Il a eu deux fois l’opportunité de ramener les siens à 2-1 dans la même minute (51’). Mais il a trouvé Rulli sur sa trajectoire et sa tête est passée juste à côté. Remplacé par Aguilar (68’).

Glik Il avait pourtant bien débuté en contrant plusieurs ballons chauds. Mais le capitaine a ensuite laissé sa défense couler. A souffert terriblement devant la vivacité de Delort et Laborde.

Badiashile La défaite extrêmement large aura au moins le mérite d’atténuer un peu sa responsabilité. Mais sa glissade devant Laborde coûte l’ouverture du score de Mollet quelques secondes plus tard (31’) et c’est à partir de ce moment que son équipe a pris l’eau.

Gelson Martins Quelques belles percées balle au pied, mais il lui a toujours manqué la précision dans le dernier geste. Une perte de balle devant Oyongo qui aurait pu coûter un troisième but si Delort avait été plus précis (54’).

Fabregas Son manque d’activité et son repli incertain dans le dernier quart d’heure de la première mi-temps ont sauté aux yeux. Quand Monaco boit la tasse, l’Espagnol observe mais ne sort pas le bleu de travail. Quelques éclaircies toutefois, comme sur cette bonne combinaison avec Golovin (26’) ou sur son ouverture pour Slimani, à l’origine du but de Ben Yedder. Remplacé par Keita Baldé (69’).

 

Bakayoko Il ne peut pas tout faire tout seul. Le seul milieu concerné par le travail défensif. A l’image de l’équipe, il a souffert face à Mollet. Pas sa meilleure prestation avec Monaco.

Golovin Si seulement il avait mis au fond la première grosse occasion du match, après un une deux avec Fabregas (26’), le match aurait peut-être été différent. Mais le Russe a trop croisé sa frappe et cela a tout changé. Il avait du jus, mais n’a pas toujours fait les bons choix. Averti pour une faute sur Hilton (58’), il reproduit quasiment la même sur Laborde (81’), synonyme de frustration, mais surtout d’expulsion.

Ballo-Touré Il a laissé tellement d’espaces que Sambia ou Mollet se sont régalés face à lui. Ce dernier a d’ailleurs eu tout son temps pour trouver Delort sur le troisième but (56’). Léger défensivement et totalement inoffensif.

Ben Yedder Un petit bijou et puis c’est tout. Ce ballon piqué qui lobe Rulli ne change rien au scénario (69’). Si ce n’est à soigner ses statistiques face à une vieille connaissance, puisqu’il avait déjà marqué deux triplés en Liga face à l’Argentin. Le voilà désormais co-meilleur buteur de Ligue 1 avec 6 réalisations.

Slimani Il a ajouté une passe décisive sur le but de Ben Yedder (69’), déjà sa sixième de la saison, lui qui domine ce classement en Ligue 1. Mais c’est à peu près tout ce qu’on peut retirer de son match, où il n’a guère eu l’occasion de briller. Remplacé par Adrien Silva (86’).

29 Cela faisait 29 ans que Montpellier n’avait plus battu Monaco chez lui en championnat. Depuis le 23 décembre 1990 et une victoire 2-1.

Feu d’artifice pendant le match

C’est une erreur du jeune défenseur qui a offert le premier but aux Montpelliérains et précipité la chute de son équipe.
C’est une erreur du jeune défenseur qui a offert le premier but aux Montpelliérains et précipité la chute de son équipe.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.