“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco, c'est

Mis à jour le 17/09/2017 à 05:09 Publié le 17/09/2017 à 05:09
Rachid Ghezzal a déséquilibré la défense alsacienne.
Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Monaco, c'est

Une semaine après la déconvenue face à Nice (0-4), l'ASM a déjà tourné la page en s'offrant très facilement le promu strasbourgeois (3-0)

Sans cette banderole aperçue en virage en début de première mi-temps - « Un derby ça se joue » - difficile d'imaginer que l'AS Monaco sortait d'une gifle à l'Allianz Riviera la semaine dernière (0-4). Hier, porté par un grand Falcao (un doublé, une passe), Monaco s'est facilement imposé contre Strasbourg (3-0) et signe une 13e victoire consécutive en championnat au Louis-II. Ce matin, les Champions de France affichent 15 points après 6 journées, nantis de 17 buts. Des chiffres qui donnent le vertige…

Dire qu'il y a une semaine, certains ont douté de cette formidable équipe après le non-match face à Nice. C'est le souci de l'analyse instantanée. Une semaine plus tard, on y voit déjà un peu plus clair, Nice était un accident. Auteur d'un bon nul à Leipzig mercredi pour ses débuts en Ligue des champions (1-1), Monaco confirme son très bon début de saison avec cette cinquième victoire en six matches.

Malgré tout, il va encore falloir un peu de temps pour se débarrasser de cette ombre gênante, celle du souvenir de l'an dernier. A un moment, il faudra pourtant arrêter de tout calquer, dans un sens comme dans l'autre. Ce sont deux équipes différentes, des joueurs différents et une impression visuelle différente. Ce qui est différent n'est ni meilleur ni moins bien. Jorge n'est pas Mendy, Tielemans n'est pas Bakayoko, Ghezzal n'est pas Silva et Jovetic n'est pas Mbappé. L'idée était, de toute façon, de ne pas les remplacer mais de construire une autre équipe, sur un autre dynamisme, avec une autre manière de jouer ensemble. Même si le manque d'automatismes du quatuor offensif est criant - le contraire serait étonnant avec trois « bizuts » sur quatre (Rony Lopes, Ghezzal et Jovetic) - cette équipe a su garder sa force : marquer quand il fallait.

Face à un promu très naïf défensivement, l'escouade de Jardim a trouvé l'ouverture avant la pause et au retour des vestiaires. Un scénario parfait pour tuer une rencontre.

« Glik ? C'est un tueur à gages »

Derrière, Monaco a géré. Jardim en a profité pour donner du temps de jeu à certains, permis à Falcao d'aller chercher sa standing ovation au moment de son remplacement. On a même vu Danijel Subasic - blessé - faire le pitre avec l'appareil du photographe officiel du club sur le bord de la pelouse. Bref, certains s'inquiétaient des lendemains difficiles après la claque niçoise, ils doivent être rassurés. Monaco est vite passé à autre chose, porté par ses cadres et notamment un Kamil Glik, décidément infranchissable après sa sortie XXL de Leipzig. Le Polonais, encore parfait hier, a charmé tout le monde, y compris Thierry Laurey, le coach strasbourgeois. « Ce n'est peut-être pas un top joueur mais c'est un défenseur fantastique. Un tueur à gages, il donnerait sa vie pour défendre son but. Il faut s'inspirer d'un mec comme ça. A la 90e, il vient encore balancer des tacles alors qu'il mène 3-0 », analysait le battu du jour qui s'est empressé d'aller féliciter le défenseur monégasque à la fin du match.

Moins imagé, Leonardo Jardim s'est surtout félicité de cette victoire à la sortie d'un match européen. Comme c'était systématiquement le cas l'an dernier. Rien ne change. « La vérité, c'est qu'on a perdu six joueurs, tranche Jardim. Mais on a gardé notre philosophie, notre idée. L'important c'est que le groupe adhère aux objectifs. Chaque équipe a son histoire. On a tourné la page de l'an dernier ». Visiblement, la page du derby est tournée, elle aussi.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.