“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Monaco au buzzer

Mis à jour le 28/01/2018 à 05:10 Publié le 28/01/2018 à 05:10
Paul Lacombe a éclairé la soirée de la Roca Team.

Paul Lacombe a éclairé la soirée de la Roca Team. Jean-François Ottonello

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Monaco au buzzer

Un Paul Lacombe décisif a préservé le succès de la Roca Team dans les dernières secondes face à une équipe de Levallois très accrocheuse. Dans une grosse ambiance, le leader a eu très chaud

L'AS Monaco Basket a - aussi - réussi à briser une légende tenace : désormais, les fameux sièges jaunes de Gaston-Médecin sont noyés dans la masse. La salle du Louis-II a encore fait le plein ou presque hier soir, pour cette Roca Team qui enchaîne les soirées à spectacle. Une fois n'est pas coutume, rien n'a été facile pour le leader face au Levallois de Boris Diaw. Tant mieux pour le suspense et l'ambiance électrique : les Métros ont été accrocheurs, sérieux, ambitieux et costauds. Le 50-50 de la 23e puis l'avantage pris par les Franciliens ont obligé une Roca Team dans les cordes à puiser dans ses ressources et compter sur un grand Lacombe pour signer sa 14e victoire en Pro A et garder ses 2 longueurs d'avance sur la Sig Strasbourg. Mais que ce fut dur...

Monaco a commencé par un 7-0, une hémorragie vite stoppée par l'inusable Boris Diaw (7-7). Avec un excellent Kikanovic, un Gladyr batailleur et un Robinson inspiré, l'ASM a refait un break (21-11), mais la rechute du capitaine Amara Sy (blessure au poignet, à la 12e) est venue jeter un froid dans la salle et sur le banc monégasque. Un énorme dunk de Chris Evans (mis sur orbite par Lacombe) est venu relancer la dynamique. Mais Prepelic a répondu, et Levallois n'a donc rien lâché (46-43 à la pause, 50-50 à la 23e).

Gaston-Médecin à bloc !

Si Gaston-Médecin est devenu une vraie salle basket, on le voit aussi quand ça chauffe.. Ainsi, quand Leca et D.J . Cooper se sont frottés d'un peu trop près (2 fautes techniques) et qu'un contact sur Lacombe n'a pas été signalé, les sifflets ont dû s'entendre jusque sur la pelouse du Louis-II au-dessus… Ce Monaco-Levallois, en fait, a viré en mode combat. Les métros ont pointé en tête (64-67, 33e par Prepelic et Ware)… L'intérieur US Ware s'est alors bien gavé dans la peinture. Monaco, gêné par le défi physique, s'est retrouvé en souffrance, perdant son rythme en attaque. La recherche de Kikanovic est devenue un peu trop systématique. Le doute a fait perdre des ballons. Levallois a bénéficié de nombreux lancers (31 au total).

69-74 pour un Levallois surmotivé à 2 minutes 45 du buzzer… Un parfum de play-off s'est invité sur le parquet. Voilà à quoi pourront ressembler les joutes acharnées du printemps.

Evans y est allé de sa claquette dans le trafic (72-74). Puis Prepelic, servi par Diaw, rate l'estocade à 3 pts. Lacombe égalise (74-74).

Robinson intercepte devant Prepelic (76-74). Eliezer répond à 3 pts pour les Métros (76-77). Robinson rate à 3 pts mais Lacombe traîne sous le cercle et marque en buteur (78-77).

C'est bouillant ! Une seconde à jouer. Levallois a la balle de match. Remise en jeu de Campbell, Odom au shoot et qui surgit pour contrer ? Encore Paul Lacombe. Dans le duel des internationaux, c'est le Monégasque qui a volé la vedette à Boris Diaw. Gagner dans le dur, ça compte aussi.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.