“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Monaco a tremblé

Mis à jour le 26/03/2017 à 05:06 Publié le 26/03/2017 à 05:06
Pour reposer ses cadres, Mitrovic a lancé Rigot (n°13) pour la première fois dans son cinq de départ.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Monaco a tremblé

Le leader, qui comptait 26 points d'avance après la pause, a dû puiser dans ses réserves pour battre le HTV hier. Pas la meilleure façon de préparer le voyage à Sassari en Ligue des champions

Oui, Monaco continue d'asseoir sa domination totale sur la ProA. Oui, l'écart de niveau avec un promu comme Hyères-Toulon reste criant. Mais depuis quelques journées, cette suprématie ne se traduit plus autant qu'avant au tableau d'affichage.

Et le leader a encore joué à se faire peur, hier sur le parquet du HTV, en forçant son destin dans la toute dernière minute (71-80).

L'absence de Jamal Shuler (mollet) a pesé. Si Gladyr (genou) a bel et bien joué (10 pts en 22 min), Zvezdan Mitrovic a dû préserver Ouattara et Aboudou, qui ont les jambes qui sifflent. Mais même avec ces pépins, la Roca Team ne manque ni de ressources ni de talent. Pour preuve, cinq joueurs ont terminé la rencontre avec plus de dix points : Gladyr, donc, mais aussi Davies, Wright, Sy et Caner-Medley.

Le coach a aussi sorti de son chapeau Paul Rigot (6 pts, 26 min), propulsé pour la première fois dans le cinq de départ.

« Je l'ai appris hier (vendredi), ce qui était bien pour être prêt. Je suis content d'avoir pu montrer des choses, en défense et en mettant mes tirs ouverts, note l'ailier. Mais le plus important, c'est cette victoire. C'est un match qu'il fallait prendre. On a montré que malgré les blessés, on avait de l'énergie. »

Enfin, surtout en première période. Intense comme jamais, Monaco a alors surnagé, prenant une avance exponentielle. Plus 12 à la fin du premier acte, +22 à la pause et jusqu'à +26 sur un tir à 3 pts affreusement chanceux de Gladyr (27-53, 22e). Normalement, le match aurait dû être plié là. D'autant que le HTV affichait un 0/11 à 3 pts et donnait l'impression de devoir faire le tour de la Terre pour accéder au cercle.

« On a réalisé une première mi-temps parfaite, en jouant simple et en contrôlant les débats, puis les joueurs ont commencé à se relâcher », déplore Mitrovic, qui avait pourtant prévenu ses troupes. Mais la machine s'est enrayée. Portés par un Michineau en état de grâce (26 pts, son record en carrière) et un Carter très efficace (17 pts à 62%), les Varois ont réalisé l'impensable. En onze minutes, ils viraient carrément en tête (62-61, 32e).

Ils étaient encore au contact à l'entame de la dernière minute (71-72), avant que la Roca Team, via ses meneurs Wright et Bost, n'achève sa proie avec sang-froid sur la ligne des lancers francs. Un domaine qui leur a d'ailleurs particulièrement souri hier (lire par ailleurs).

Mais ce genre d'égarements pourrait ne pas pardonner mercredi pour le rendez-vous le plus important de la saison des Monégasques.

Ce sera en Sardaigne, où ils devront défendre une avance de onze points contre Sassari pour rejoindre le Final Four de la Champions League.

Mitrovic l'assure : son équipe n'a pas négligé l'étape toulonnaise.

« On était concentrés sur ce match. Maintenant, il va bien falloir récupérer pour pouvoir mettre de l'énergie à Sassari, qui est excellent à domicile. La Champions League reste un grand objectif pour nous ! »

Quant au HTV, qui a concédé sa sixième défaite consécutive, il luttera jusqu'au bout pour son maintien en ProA.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.